Répartition équitable des coûts du tournant énergétique et maintien de bonnes conditions de travail

  • Énergie et environnement
Articles
Écrit par Dore Heim, secrétaire dirigeante de l’USS/fq

Procédure de consultation sur la Stratégie énergétique 2050

L’Union syndicale suisse (USS) se déclare satisfaite, sur le fond, de la Stratégie énergétique 2050, mais demande que des mesures d’urgences soient quand même prises afin de maintenir des conditions de travail de qualité dans la branche énergétique

Pour que les conditions de travail de la branche énergétique soient de qualité, il s’agit de négocier maintenant une convention collective de travail prévoyant des normes applicables à l’ensemble de la branche. On ne pourra garantir un approvisionnement en énergie durant le tournant énergétique qu’avec un réseau bien entretenu et des spécialistes chevronnés. Et il n’est pas question de supprimer encore plus d’emplois dans cette branche.

Pas de nouvelle ouverture du marché de l’électricité

L’USS est favorable tant à un développement conséquent des énergies renouvelables en Suisse qu’à la fixation, pour les entreprises d’approvisionnement en électricité, d’objectifs en matière de diminution de la consommation d’énergie. Les projets des services techniques publics qui ont été couronnés de succès doivent être soutenus. Aujourd’hui, moteur innovateur du tournant énergétique, ils ont besoin d’une base fiable pour leurs activités. C’est pourquoi il faut rejeter toute nouvelle ouverture du marché de l’électricité, car, en plein tournant énergétique, elle entraînerait uniquement des incertitudes et des coûts inutiles, à cause de la bataille concurrentielle qui en découlerait. Pour les consommateurs finaux, aucun effet positif ne serait à en attendre, comme nous le montrent les expériences faites à l’étranger.

Le tournant énergétique doit être socialement et économiquement acceptable. Son prix dépendra de manière déterminante du choix que la Suisse fera entre un approvisionnement intérieur décentralisé et des grandes centrales ainsi que l’importation de courant. Les efforts financiers et technologiques qu’induiront le développement et la réorganisation du réseau seront très différents selon la stratégie appliquée. Ces décisions auront une incidence financière d’une si grande portée, ces prochaines décennies, qu’elles doivent relever d’une légitimité démocratique et ne pas être simplement abandonnées au bon vouloir des groupes électriques. C’est pourquoi les pouvoirs publics doivent prendre la direction du conseil d’administration de Swissgrid, la société nationale pour l’exploitation du réseau.

Les coûts du tournant énergétique doivent être équitablement répartis et non pas unilatéralement répercutés sur les petites entreprises et les ménages privés. C’est la raison pour laquelle seul un nombre aussi restreint que possible d’entreprises doit être déchargé  des adjudications et des redevances. La formation du prix de l’électricité, des carburants et des combustibles doit être transparente, la hausse des prix prévisible et maîtrisable. L’USS rejette tout nouvel allègement fiscal pour les assainissements de bâtiments, car cela prive les cantons et la Confédération de recettes dont ils ont un besoin urgent et favorise en outre les hauts revenus. En lieu et place, la Confédération est invitée à présenter le plus rapidement possible le projet d’une taxe d’incitation apte à déployer des effets majeurs sur la consommation d’énergie.

La Suisse est suffisamment armée pour réaliser le tournant énergétique. L’infrastructure de son réseau d’électricité et de ses transports publics est de grande qualité. Sa logistique et son économie de recyclage sont exemplaires au plan européen. La collaboration entre la recherche et l’économie doit être intensifiée, comme la formation de spécialistes au niveau secondaire aussi. L’USS est persuadée que le tournant énergétique est une importante opportunité pour le site de production et de recherche suisse.

Responsable à l'USS

Dore Heim

Secrétaire centrale

031 377 01 21

dore.heim(at)sgb.ch
Dore Heim
Top