Commission des migrations

Contact

Regula Bühlmann
regula.buehlmann(at)sgb.ch
Monbijoustrasse 61, 3007 Berne
Tel.: 031 377 01 12

Présidence et secrétariat de la commission
Hilmi Gashi, président de la Commission USS des migrations
hilmi.gashi(at)unia.ch
Unia, Weltpoststrasse 20
cp, 3000 Berne 15

À propos de la Commission USS des migrations

La Commission des migrations (CM-USS) a été créée au Congrès 1982 de l’USS. À l’époque, elle portait encore le nom de Commission USS pour les problèmes des travailleurs étrangers. Depuis lors, elle siège trois à quatre fois par année.

Ses tâches

La CM-USS soumet aux organes de l’USS (Comité, Assemblée des délégué-e-s, Congrès) des propositions permettant d’améliorer la situation juridique, économique, politique et sociale des migrant-e-s en Suisse.

Le Comité de l’USS peut soumettre des propositions à la CM-USS. Il peut également lui confier la représentation des membres migrant-e-s dans des projets intersyndicaux au sein ou à l’extérieur de l’USS.

La CM-USS garantit les échanges d’informations et d’expériences portant sur le thème de la migration entre les différentes fédérations membres de l’USS.

Elle peut s’exprimer en public en son nom propre.

Sa composition

Chaque syndicat de l’USS a le droit d’être représenté dans la CM-USS. Les syndicats suivants y sont représentés, proportionnellement par rapport à leur taille : Unia, syndicom, SSP, SEV.

Ses principaux objectifs

La Commission USS des migrations poursuit dans le cadre de son principal mandat la représentation des intérêts des personnes issues de la migration:

1. En abolissant les discriminations à l’égard des migrant-e-s dans le monde du travail : il faut davantage d’égalité des chances sur le marché du travail.

De la manière suivante :

  • par davantage de clauses antidiscriminatoires dans les CCT ;
  • par davantage de cours de langue, de formation professionnelle et politique ;
  • par une lutte résolue contre toute forme de réintroduction du statut de saisonnier (ou d’un système semblable) : ce système réduit les travailleurs et travailleuses migrants au statut de marchandises et à une force de travail disponible de manière flexible.

2. En facilitant l’intégration dans la société

De la manière suivante :

  • par une campagne de sensibilisation contre l’isolationnisme et la xénophobie ;
  • par davantage de participation au niveau des cantons et des communes ;
  • par la naturalisation automatique ou au minimum facilitée pour la deuxième et la troisième génération ;
  • par la régularisation des sans-papiers.

Liens sur la migration

Top