Logement

Photo : Patrik Tschudin / flickr.com | Lizenz:  

 

Quand les spéculateurs immobiliers font dans l’affabulation

  • Services Publics
Articles

Avec leur campagne intensive de désinformation, les opposant-e-s à l’initiative pour des logements abordables semblent faire mouche. Si l’on en croit le dernier sondage SSR, le résultat s’annonce serré. Ainsi, l’appât du gain de quelques personnes ou sociétés suffit pour s’attaquer à une tentative raisonnable de répondre à un besoin fondamental de toute personne en Suisse, à savoir trouver un logement correct et abordable. Et celles-ci ne reculent devant aucun argument fallacieux.

Un des reproches fait à l’initiative, c’est qu’elle intervient dans le marché libre – un péché capital au plan idéologique aux yeux de certain-e-s. Mais cet argument ne fait pas long feu : toute personne qui cherche un logement abordable en Suisse sait pertinemment que le marché libre ne fonctionne pas, en tout cas pas pour répondre aux besoins de la population.

La fable devient carrément perfide lorsque les mêmes spéculateurs utilisent abusivement l’argument lié aux caisses de pensions : ils affirment que celles-ci perdraient de l’argent si les rendements baissaient sur le marché de l’immobilier. Alors qu’en réalité, c’est exactement le contraire qui se produirait : les investisseurs institutionnels (coopératives, mais aussi caisses de pensions) qui ont des stratégies à long terme n’ont pratiquement aucune chance dans un marché surchauffé par la spéculation effrénée : en effet, il est difficile de concurrencer les lois de la spéculation si l’on vise le long terme et la stabilité plutôt que le profit maximum à court terme. Celles et ceux qui pratiquent la spéculation sont d’ailleurs les seuls qui profiteraient d’un rejet de l’initiative.

Une affaire rentable

Avec l’initiative, les cantons et les communes disposeraient d’un levier pour acheter des terrains pour la construction d’habitat d’intérêt public lorsqu’ils le souhaitent. Que ce soit à, Genève, Zurich ou Berne, à Vevey, Coire, Uster ou Liestal, ou même dans des hauts lieux touristiques comme Zermatt, Ascona, Engelberg ou Adelboden : il y a partout aussi des travailleurs et travailleuses et des retraité-e-s qui doivent consacrer une trop grande part de leur revenu à des loyers exorbitants.

Cette initiative offre une meilleure perspective pour la construction d’habitat d’intérêt public. Les coopératives proposent de bons logements à des prix abordables. De plus, la promotion de logements abordables n’est même pas une opération à perte : le Fonds de roulement qui permet à la Confédération d’accorder des prêts avantageux à des coopératives a rapporté depuis 10 ans quelque 26 millions de francs de bénéfices dans les caisses fédérales.

Conclusion : les affabulations des spéculateurs avides ne tiennent pas la route ! L’initiative est aussi séduisante que modeste, et elle ne coûtera même pas un centime aux contribuables. Le marché du logement en Suisse a besoin d’un OUI fort le 9 février à l’initiative pour davantage de logements abordables.

Responsable à l'USS

Dore Heim

Secrétaire centrale

031 377 01 21

dore.heim(at)sgb.ch
Dore Heim
Top