Personnel de la Confédération : la stratégie perfide de la droite

  • Services Publics
Articles
Écrit par Dore Heim

Cela fait des mois que l’administration fédérale se fait tirer dessus, dans les médias et par la droite. Selon eux, l’augmentation des postes et l’évolution des salaires seraient scandaleuses, l’administration gonflerait aux dépens de l’économie privée et devrait une bonne fois être réduite. Et les propositions dans ce but pleuvent et pleuvent encore.

Une alliance bourgeoise demande des coupes radicales dans les effectifs du personnel de la Confédération, des demandes appuyées sur des interventions parlementaires. On veut freiner l’évolution des dépenses, instaurer chaque année une baisse de 1,5 milliard de francs de ces dernières, plafonner les dépenses totales à 66 milliards ou geler jusqu’en 2019 celles de personnel au niveau de 2014. Arguments avancés : la dégradation des prévisions économiques et les dégâts causés par le franc fort. La droite et les médias restent de marbre devant le fait que la quote-part de l’État est de 33,5 % en Suisse, soit extrêmement basse. Car la vraie raison de cette indignation orchestrée est bien sûr ailleurs, à savoir dans le but, poursuivi depuis de longues années, d’une nouvelle baisse des impôts payés par les entreprises. Depuis le mois de février, on sait que la deuxième réforme de l’imposition des entreprises entraîne une énorme perte de ressources pour la Confédération. Mais le Conseil fédéral va encore dégager 1,5 milliard par année pour dédommager les cantons, suite à la mise en œuvre de la troisième réforme de l’imposition des entreprises.

Toujours moins de personnel…

Cela ne sera possible qu’en procédant à des coupes. Et c’est en ce qui concerne les effectifs du personnel qu’il sera le plus aisé de trouver une majorité. Il le sait bien lui aussi, le Conseil fédéral. En ne révélant que par tranche des économies toujours plus importantes concernant le personnel, il choisit la voie où il y a le moins de résistance. En février, un gel des salaires était envisagé dans le cadre des mesures salariales pour 2016, ensuite, il a voulu baisser durablement de 106 millions les dépenses de personnel et de 52 millions les prestations externes (honoraires). Depuis le début du mois de mai, on en est désormais déjà à 165 millions concernant le personnel et, en plus de mesures en matière de postes, il s’agit aussi de prendre des mesures salariales. Si l’effrayante proposition de coupe de 4 milliards dans les frais de personnel faite par les groupes parlementaires de l’UDC et du PLR a été rejetée lors de la session parlementaire extraordinaire de mai, cela commence à être toujours plus étroit pour le personnel : la Commission des finances du Conseil des États, qui traite actuellement le Programme de consolidation et de réexamen des tâches, va déposer une motion qui veut limiter à 35 000 les effectifs du personnel de l’administration fédérale.

… pour toujours plus de tâches

Le Conseil fédéral et la majorité bourgeoise mitonnent pour le personnel une soupe immangeable : pas d’évolution des salaires ces prochaines années, postes vacants non repourvus, pas d’internalisation des mandats confiés à l’extérieur et coupes budgétaires pour les prestations externes. Et cela, sans réexaminer les tâches du personnel. Or, ces dernières années, elles ont constamment augmenté et, au vu de l’évolution démographique et de la situation politique, elles ne vont pas diminuer. C’est pourquoi, la Communauté de négociation du personnel de la Confédération combattra vigoureusement cette politique aveugle de démantèlement.

Responsable à l'USS

Dore Heim

Secrétaire centrale

031 377 01 21

dore.heim(at)sgb.ch
Dore Heim
Top