Le Syndicat de la Communication organise la résistance

  • Poste
Articles
Écrit par Ewald Ackermann

Actuellement, suivant un plan précis, des équipes du Syndicat de la Communication passent d’un village à l’autre et d’un quartier à l’autre pour informer les gens des menaces qui planent sur leur poste et les appeler à résister. L’entreprise de la Poste a en effet à nouveau « libéré » un virus appelé à hâter la mort des offices de poste. Mais elle a oublié que le syndicat, lui, est encore bien vivant.

Le projet de la Poste n’est pas nouveau. Au contraire. Le géant jaune a déjà fermé 1500 offices de poste ces dix dernières années. En automne 2004, une initiative populaire des syndicats, qui visait à protéger les rescapés, a échoué d’un poil en votation. Et au­jourd’hui, en janvier dernier, la Poste annonce qu’elle veut en fermer 500 de plus. Le Syndicat de la Communication et les postières et postiers n’ont pas hésité une seule se­conde : il faut combattre ce démantèlement ! Car il revient à trahir le mandat confié à la Poste concernant le service universel et l’infrastructure postale. L’enjeu n’est donc pas uniquement de maintenir des emplois de qualité, mais aussi de garantir à tous les groupes de la population de toutes les régions du pays toute la palette des prestations de la Poste dans des offices situés à une distance convenable. Tel est le mandat de service universel que la Poste est chargée d’honorer. Un mandat qui a son importance et sa justification d’un point de vue de politique régionale ; cela, même à l’ère d’Internet. Or une Poste qui réduit son réseau de 20 % ou ne compense que de manière insuffisante les effets de ses restructurations ne peut plus prétendre remplir ce mandat.

La Poste nous appartient, alors…

La Poste appartient à la population. C’est pourquoi cette dernière doit rappeler à l’ordre la direction de cette entreprise. Le Syndicat de la Communication est clair. Et pour appuyer son appel, il a lancé des équipes chargées de se rendre dans le plus grand nombre de lo­calités et de quartiers dont l’office de poste est menacé, une action qui durera jusqu’à fin mai. Afin de vraiment pouvoir venir à bout de cette mission, les secrétaires régionaux du syndicat, aidés par des militant(e)s, se sont donnés un plan de marche qui doit leur per­mettre d’expliquer l’importance de ce combat.

Mais le Syndicat de la Communication ne mise pas uniquement sur l’information et la mobilisation sur les lieux concernés. Il a aussi lancé une pétition qu’il est aussi possible de signer en ligne[1]. Les communes touchées par ce démantèlement seront aussi abordées et informées comme il se doit. Car elles aussi doivent réagir et se défendre.


[1] La pétition « NON à un nouveau démantèlement du réseau postal ! » peut être signée sur le site suivant :  www.reseaupostal.ch.

 

Responsable à l'USS

Dore Heim

Secrétaire centrale

031 377 01 21

dore.heim(at)sgb.ch
Dore Heim
Top