La Suisse doit passer aux énergies renouvelables d’ici 2050

  • Énergie et environnement
  • International
Articles
Écrit par matthias preisser

Sainte Doris, devenez la patronne du climat !

En matière de politique du climat, il est minuit moins cinq. L'Alliance climatique, dont l'Union syndicale suisse (USS) fait partie, demande par conséquent au Conseil fédéral d'agir.

Le réchauffement climatique menace les bases de la vie sur l'ensemble de la planète. La fonte de nos glaciers montre déjà en miniature ce qui nous attend si le climat " bascule ". À son tour, cette fonte accélère le réchauffement dans les hautes Alpes, des espèces meurent et des biotopes disparaissent. Pour que ce processus ne se poursuive pas sans autre et pour que le climat ne soit pas entièrement bouleversé, il faut que la Suisse apporte aussi sa contribution. D'ici 2050, elle devra avoir entièrement basé son approvisionnement énergétique sur des ressources renouvelables. C'est ce que demande une pétition lancée par l'Alliance climatique à l'occasion du premier sommet sur le climat de l'ONU du 23 septembre 2014 à New York.

L'Alliance climatique compte une soixantaine d'organisations, dont l'USS, actives dans le domaine de la protection de l'environnement, de l'aide au développement, de la politique, de la lutte syndicale et de la religion. Toutes, elles sont persuadées que, pour arriver à passer aux énergies renouvelables, la Suisse doit se fixer des objectifs contraignants en matière de climat. Pour l'heure en effet, notre pays a tout juste réussi à stabiliser son niveau d'émission de CO2 au niveau de 1990. La pétition demande maintenant que la Suisse passe sans délai aux actes et réduise de 60 % ses émissions de CO2 jusqu'en 2030.

Mais la protection du climat ne s'arrête pas aux frontières. C'est pourquoi la pétition demande aussi que la Suisse soutienne financièrement les pays en développement qui ont peu contribué au réchauffement climatique, mais en souffrent particulièrement. Il s'agit ici de " justice climatique " dit Jürg Staudenmann, responsable Environnement & Climat d'Alliance Sud : " Les riches pays industrialisés ont contribué de manière significative au changement climatique. Mais ce sont essentiellement les pays les plus pauvres qui en subissent les conséquences. " Avec ses grandes performances économiques et ses possibilités politiques, la Suisse a une responsabilité importante dans la lutte pour la préservation du climat.

L'Alliance climatique encourage notre ministre de l'Environnement, Doris Leuthard, à devenir la patronne du climat. Pour Patrick Hofstetter, responsable Climat & Énergie pour le WWF Suisse, " Doris Leuthard a l'étoffe pour devenir la patronne du climat. Elle a une position forte au sein du gouvernement, est appréciée de la population et pratiquement tous les dossiers concernant le climat sont sous sa responsabilité. " Vu les conséquences déjà visibles du réchauffement climatique, nous n'avons plus le droit de perdre du temps. En novembre déjà, le Conseil fédéral doit donner la première preuve concrète de son engagement, car il devra présenter en novembre ses objectifs en matière de politique climatique d'ici à 2030. On verra ensuite au plus tard en décembre, à l'occasion de la conclusion d'un accord mondial lors de la conférence de Paris, si le climat bénéficie de la protection d'une sainte patronne au sein du Conseil fédéral.

Plus d'informations
Pour télécharger
  • <media 2270 - - "TEXT, Klima-Allianz Medienmitteilung franzoesisch, Klima-Allianz_Medienmitteilung_franzoesisch.pdf, 141 KB">Communiqué d'Alliance climatique</media>

Responsable à l'USS

Dore Heim

Secrétaire centrale

031 377 01 21

dore.heim(at)sgb.ch
Dore Heim
Top