L’USS se félicite du renoncement à une libéralisation intégrale

  • Services Publics
  • Énergie et environnement
Communiqués de presse

Marché de l’électricité

L'Union syndicale suisse (USS) se félicite de la décision prise par le Conseil fédéral de renoncer dans un premier temps à la deuxième étape de la libéralisation du marché de l'électricité. Cette décision est pragmatique et témoigne d'un sens de la responsabilité à l'égard d'une branche confrontée à une forte pression en raison des prix toujours bas sur le marché de l'électricité. Hâter l'ouverture de ce marché l'aurait encore plus déstabilisé, une déstabilisation qui aurait touché les petites entreprises d'approvisionnement en électricité (EAE). Celles-ci auraient alors été contraintes de se livrer à une concurrence pour les petits clients très onéreuse ; cela, sans pour autant profiter, sur le plan des prix, de la libéralisation. C'est un fait que, pour les petits clients (artisanat, petites entreprises de services et ménages), le prix contrôlé de l'électricité est resté stable en Suisse à un niveau bas ces dernières années, alors qu'il a augmenté sur les marchés libéralisés de l'Union européenne. Les petits clients ne possèdent aucune puissance sur le marché. Ils dépendent d'un contrôle des prix.

L'électricité n'est pas un produit qui se prête à des expériences de marché. C'est un bien existentiel auquel personne ne peut renoncer. De ce fait, un approvisionnement sûr en électricité revêt une grande importance économique. Pour l'économie suisse, il est également de loin plus important qu'une chasse à l'offre la meilleure. Ce fut un coup de chance historique si la libéralisation partielle de ce marché a été mise en vigueur quand les prix cotés en bourse étaient très élevés. C'est pour cela que les grands clients sont restés fidèles à l'époque à leurs anciennes EAE. Depuis 2012, le taux de changement d'entreprise d'approvisionnement des grands clients a fortement augmenté, les EAE leur vendant cette électricité à un prix inférieur aux prix de revient. Le Conseil fédéral a bien fait de renoncer à l'heure actuelle à la libéralisation intégrale du marché de l'électricité, car cela aurait été une aventure des plus risquées pour l'approvisionnement intérieur en électricité.

Il incombe toujours à la branche de l'électricité d'investir dans la formation de nouveaux spécialistes et le perfectionnement professionnel du personnel en place. En effet, le tournant énergétique est l'avenir des EAE, un avenir qui ne se fera qu'avec du personnel qualifié spécialisé.

Renseignements

Dore Heim, secrétaire dirigeante de l'USS, 079 744 93 90

Responsable à l'USS

Dore Heim

Secrétaire centrale

031 377 01 21

dore.heim(at)sgb.ch
Dore Heim
Top