L’initiative « Pour une poste forte » reste des plus actuelles

  • Poste
Articles
Écrit par Ewald Ackermann

Le 5 juin prochain, le Conseil national traitera l’initiative populaire « Pour une poste forte », placée sous le leadership de Syndicom, le syndicat des médias et de la communication. Cette initiative demande qu’un réseau d’offices de poste soit garanti sur tout le territoire du pays et exploité par des employé(e)s de la Poste suisse.

C’est le 2 septembre 2010 qu’une coalition de syndicats et du Parti socialiste emmenée par Syndicom déposait cette initiative, après cinq mois seulement de récolte de signatures. En plus d’un réseau d’offices de poste répartis sur l’ensemble du territoire, cette initiative demande une desserte universelle de qualité. Et elle entend contraindre la Poste à exploiter ce réseau avec son personnel, le financement étant assuré par le monopole sur les lettres et les bénéfices d’une banque postale.

Le Conseil fédéral et la commission chargée de l’examen préalable du Conseil national propose de rejeter cette initiative. Selon eux, la nouvelle législation sur la poste adoptée en 2012 garantirait dans une mesure suffisante une desserte universelle de grande qualité et sur l’ensemble du pays. Ils estiment aussi que l’initiative imposerait à l’entreprise la Poste suisse des contraintes par trop administratives, alors qu’il faudrait plutôt lui offrir une plus grande liberté en tant qu’entreprise. C’est pourquoi, ils considèrent que des « agences postales » devraient pouvoir remplacer les offices de poste supprimés.

Les agences ne sont pas équivalentes aux offices

Mais Syndicom signale à juste titre les lacunes qui grèvent ces agences postales comme, par exemple, l’impossibilité d’y effectuer des virements en espèces et des paiements. Ces agences ne versent pas non plus d’argent liquide aux PME et aux commerces. Et au chapitre de la confidentialité, des problèmes se posent, car cette dernière n’est pas garantie dans la même mesure qu’avec un office de poste traditionnel. La même remarque s’applique au service à domicile que la Poste propose aussi en divers endroits pour remplacer des offices de poste. Un tel service ne se révèle utile que pour une partie des client(e)s, celles et ceux qui sont tout le temps à la maison. Il restreint cependant l’autonomie au quotidien de nombreux autres.

Des conditions de travail de qualité

L’initiative demande également que l’exploitation du réseau postal soit assurée par du « personnel se trouvant dans un rapport de travail avec la Poste suisse ». Cette façon de faire empêchera que la Poste ne confie à n’importe quelles conditions des tâches à n’importe quelle entreprise. Il s’agit là d’un obstacle à la sous-enchère salariale et des conditions de travail de qualité seraient de ce fait aussi garanties dans les régions périphériques. De plus, la pression sur les salaires des employé(e)s de la Poste serait stoppée.

Nécessaire d’un point de vue de politique régionale

Même si la législation postale révisée – ce qui est clairement un effet de l’initiative – apparaît meilleure que ce qu’il y avait lieu de craindre quelques années auparavant, les buts visés par l’initiative « Pour une poste forte » restent d’une très grande actualité. On le voit, primo, à travers les incessantes offensives dirigées contre le monopole des lettres, comme ce fut encore le cas tout récemment lors de la présentation du rapport PostReg. Secundo, les dispositions de l’initiative garantissent aux régions périphériques des services de postes sans restriction. Tertio, l’initiative garantit au personnel des conditions de travail unifiées et de qualité, ce qui aura également des effets positifs au plan régional. Et, quarto, l’initiative garantit le financement de ces prestations.

Cela devrait à proprement parler être évident pour les parlementaires de la droite, en particulier celles et ceux qui viennent de régions campagnardes. Ils pourraient alors, en acceptant l’initiative, s’engager activement pour le maintien d’emplois précieux dans leurs régions.

Responsable à l'USS

Dore Heim

Secrétaire centrale

031 377 01 21

dore.heim(at)sgb.ch
Dore Heim
Top