Une mesure depuis longtemps nécessaire !

  • AVS
Articles
Écrit par Silvia Schenker

Les prestations complémentaires ne prennent souvent pas assez en compte le coût du loyer. Les propositions d’amélioration sur ce point ont longtemps été bloquées. La dernière en date a toutefois reçu le feu vert.

Le ou la bénéficiaire des prestations complémentaires (PC) se voit attribuer, pour son loyer, 1'100 francs par mois pour une personne seule et au maximum 1'250 francs pour un ménage de deux personnes ou plus. Si l’appartement doit être accessible en fauteuil roulant, 300 francs mensuels supplémentaires peuvent être octroyés. Ces règles sont en vigueur depuis 2001.

Selon l’endroit où habite la personne qui touche les PC, ces montants ne suffisent de loin pas à couvrir les frais réels du loyer, qui devient donc une trappe à pauvreté. Vivre dans un appartement dont la location est plus élevée que le montant alloué implique d’économiser la somme manquante sur un budget des dépenses courantes déjà bien maigre.

Les organisations d’aîné(e)s et de handicapé(e)s ont donc depuis longtemps demandé que la limite maximale pour les frais de logements soit adaptée à l’évolution du prix des loyers et donc revue à la hausse. Des démarches très diverses ont été entreprises, en dehors du parlement, pour obtenir cette augmentation. Au parlement, de nombreuses propositions reprenant cette revendication ont été déposées. Aucune d’entre elles n’avait passé la rampe. Durant la session d’automne, c’est même grâce à la voix prépondérante de la présidence qu’une proposition similaire a été repoussée. Les choses évoluent toutefois : lors de la dernière séance de la Commission de la sécurité sociale et de la santé, une motion de la commission, que j’avais proposée, a été adoptée. Elle demande une hausse des maximums concernant les loyers. Les ménages de plusieurs personnes, ainsi que les différences de loyers interrégionales devront être particulièrement pris en compte. Un rapport de l’Office fédéral des assurances sociales a en effet montré qu’il y avait non seulement urgence à agir en cette matière, mais aussi que la situation était particulièrement précaire dans les ménages d’une ou d’un bénéficiaire des PC comptant plusieurs personnes.

La transmission de cette motion n’est qu’un début. D’autres pas devront suivre. Mais comme la motion a été transmise sans opposition et avec deux abstentions seulement, la démarche a des chances d’aboutir. C’est ce que l’on peut souhaiter de tout cœur aux personnes concernées. 

 

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Première secrétaire adjointe a.i.

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top