Paul Rechsteiner: Des rentes meilleures avec AVSplus

  • AVS
Articles

Discours d’ouverture AD d'USS Mai 2012

Avec l’Assemblée des délégué(e)s (AD) de ce jour, nous nous trouvons à nouveau devant des décisions importantes à prendre. Des décisions importantes non seulement pour nous, pour nos membres, mais, au-delà, pour toute la société. Il y a deux ans, avec notre initiative sur les salaires minimums, nous avons ouvert un nouveau chapitre de la politique salariale de notre pays. Depuis lors, cette initiative a abouti et a été déposée. Aujourd’hui, elle marque de son empreinte les discussions de politique salariale bien au-delà de nos propres rangs.

Il s’agit maintenant d’attaquer un nouveau chapitre de la politique des retraites. Cela fait trop longtemps que plus rien de positif ne s’est passé en matière de rentes. Les dix dernières ann sous l’ère des ministres radicaux des Affaires sociales Couchepin et Burkhalter, ont été des années perdues. Elles furent en effet marquées par des projets de démantèlement social. Grâce au succès de nos référendums sur l’AVS et le 2e pilier, nous avons empêché un démantèlement des rentes. Mais nous n’avons plus progressé. Les rentes sont à la traîne des salaires. Cependant, le coût de la vie, les primes des caisses-maladie et les loyers augmentent. Pas étonnant que les rentes des retraité(e)s de conditions modestes suffisent tout juste, voire ne suffisent pas du tout pour vivre décemment. Il est temps de réaliser à nouveau un progrès social aussi en matière de rentes.

L’idée d’AVSplus a été lancée lors du congrès de l’USS de fin 2010. Depuis cette date, le Secrétariat de l’USS a beaucoup travaillé. L’AD de ce jour pose les jalons de ce projet.

Le point de départ d’AVSplus est le mandat constitutionnel en matière de prévoyance vieillesse. La Constitution exige que les rentes de l’AVS et de la prévoyance professionnelle permettent ensemble de « maintenir de manière appropriée (le) niveau de vie antérieur ». Ce n’est aujourd’hui pas ou plus le cas pour de trop nombreuses personnes à bas ou moyens revenus.

AVSplus mise sur l’amélioration des rentes de l’AVS. Et, de ce fait, sur le modèle à succès qu’est l’AVS avec un rapport prix-prestations de très bonne qualité pour la grande majorité de la population. Le financement de l’AVS est solide. Le modèle de l’AVS permettra à l’actuelle génération de rentiers et rentières de déjà profiter d’AVSplus. Les nombreux rentiers et rentières à revenus modestes en ont besoin.

L’amélioration des prestations de vieillesse via le 2e pilier ne peut réalistement pas être financée jusqu’à nouvel ordre, a fortiori pas pour la génération des plus âgés. Concernant le 2e pilier, nous devons déjà être contents, dans la situation actuelle qu’il n’y ait pas de baisse des rentes. Concernant l’AVS, un retard doit être comblé. Trop longtemps, les rentes de l’AVS n’ont pas été adaptées à l’évolution des salaires et du coût de la vie.

C’est pourquoi nous avons besoin maintenant que la politique en matière de rentes entame un nouveau cycle : avec des rentes AVS améliorées pour les personnes à bas et moyens revenus, en lieu et place de dégradations des prestations dont le Palais fédéral n’a cessé de nous menacer les dix dernières années.

Une chose est importante : nous ne sommes plus seuls à demander une amélioration des rentes. Lors des élections, le PDC a lancé une initiative qui aboutirait, pour les couples, à des rentes nettement supérieures. Le mot-clé ici : suppression du plafonnement des rentes de couples. Peu importe s’il ne s’agissait là que d’une idée électoraliste ou sérieuse et qu’elle a ses « hics ». L’essentiel est que, pour la première fois depuis longtemps, un parti de droite veut des rentes AVS plus élevées.

La hausse des rentes AVS devient ainsi le thème de la prochaine étape du débat sur la prévoyance vieillesse. AVSplus offre à cet égard un objectif déterminant.

Des salaires décents et des rentes suffisantes : tels sont les objectifs pour demain. Afin que celles et ceux qui, par leur travail et leur engagement, contribuent de manière décisive au bien-être de la Suisse reçoivent la part de ce dernier qui leur revient. Des objectifs qui rendront la Suisse à nouveau plus juste et plus solidaire.

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Secrétaire centrale

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top