Massacre des rentes : l’heure est à un OUI à AVSplus

  • Politique sociale
  • AVS
Communiqués de presse

« Prévoyance vieillesse 2020 »

Avec la réforme " Prévoyance vieillesse 2020 ", la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N) organise un massacre des rentes. Les futures générations de retraité(e)s devront s'accommoder de milliards de francs perdus parce que leurs rentes auront baissé et elles devront travailler jusqu'à 67 ans. C'est pourquoi nous devons dire OUI à l'initiative populaire AVSplus, qui passera en votation le 25 septembre prochain. AVSplus, est la manière la plus simple et la meilleur marché pour stopper le massacre des rentes. Car l'AVS présente le meilleur rapport coût/prestations. Et elle est sûre parce qu'elle n'est guère exposée aux risques des marchés financiers. L'USS, ses syndicats et l'" Alliance pour une AVS forte " mèneront leur campagne avec la plus grande énergie. Ils combattront vigoureusement la provocation de la CSSS-N. C'est pourquoi, sous le slogan " Halte aux baisses des rentes - Renforçons l'AVS ! ", ils appellent déjà la population à participer le 10 septembre prochain à une manif nationale à Berne.

Par ses décisions, la commission du Conseil national rompt la promesse faite par le Conseil fédéral et le Conseil des États de maintenir avec la réforme " Prévoyance vieillesse 2020 " l'actuel niveau des rentes. En l'état, " Prévoyance vieillesse 2020 " n'a aucune chance devant le peuple. Au Conseil national de corriger énergiquement cela. En effet, les conséquences des décisions de la CSSS-N seraient énormes :

  • La baisse à 6 % du taux de conversion minimal LPP entraînerait une baisse de 12 % de la rente du 2e pilier. Et la commission ne veut pas compenser cette baisse. Les mesures compensatoires décidées seront pratiquement sans effet et alourdiront de manière démesurée la charge des jeunes.
  • À cause du renoncement au supplément d'AVS pour les futurs retraité(e)s décidé par le Conseil des États et à la hausse des rentes AVS de couple, le niveau des rentes de l'ensemble des futurs retraité(e)s va baisser.
  • Les cotisations du 2e pilier augmenteront, jusqu'à 2 points de pourcentage. Mais les futures générations de retraité(e)s percevront quand même des rentes inférieures de ce pilier.
  • La CSSS-N renonce également à vraiment garantir les droits acquis pour une génération transitoire. Contrairement à ce que le Conseil fédéral et le Conseil des États avaient prévu, il n'y aura pas de solution collective solidaire ici. Les plus de 50 ans subiront aussi des pertes avec leurs rentes. Car les droits acquis ne concerneront que les avoirs de vieillesse économisés jusqu'à ce jour.
  • L'âge général de la retraite sera rapidement relevé à 67 ans au moyen d'un mécanisme prévu à cet effet. Les femmes âgées aujourd'hui de 62 ans seront les premières à devoir travailler plus longtemps. La compensation prévue ici est maigre. Elle n'augmentera les rentes des femmes que de quelques francs. Aucune femme mariée ne profitera de cette mesure.
  • D'autres baisses interviendront concernant les rentes de veuve et d'orphelin(e) et, ce qui est nouveau, les rentes pour enfant aussi.
Renseignements
  • Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l'USS, en charge du dossier de la politique sociale, 076 564 67 67
  • Thomas Zimmermann, responsable de la communication à l'USS, 079 249 59 74

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Première secrétaire adjointe a.i.

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top