Le parlement doit améliorer le projet et notamment renforcer l’AVS

  • AVS
  • Prévoyance professionnelle
Communiqués de presse

Réforme « Prévoyance vieillesse 2020 » et initiative populaire AVSplus

L’Union syndicale suisse (USS) salue le fait que le Conseil fédéral confirme vouloir s’attaquer globalement à la réforme de la prévoyance vieillesse. S’y attaquer à travers plusieurs réformes n’aurait politiquement aucune chance, comme le passé nous l’a montré. C’est pourquoi il s’agit maintenant d’entamer le processus de réforme de toute la prévoyance vieillesse. Le Parlement fédéral doit cependant fortement améliorer le projet : la réforme doit prendre en considération le niveau actuellement insuffisant des rentes. L’AVS doit être renforcée, pas affaiblie. En outre, le Parlement ne doit pas réduire la prévoyance professionnelle obligatoire.

Pour les personnes à bas ou moyens revenus, en particulier pour de nombreuses femmes, l’actuel niveau des rentes n’est pas suffisant. Le mandat constitutionnel, selon lequel les rentes des 1er et 2e piliers doivent permettre de « maintenir de manière appropriée, son niveau de vie antérieur », n’a jamais été rempli à ce jour. De plus, les rentes AVS sont toujours plus à la traîne des salaires réels. C’est pour cela qu’il faut renforcer l’AVS. En effet, les gens à bas et moyens revenus sont les principaux bénéficiaires de l’AVS ; cela, grâce à son financement social. L’USS ne comprend par conséquent pas pourquoi le Conseil fédéral ne reprend en rien cette revendication que formule l’initiative populaire « AVSplus : pour une AVS forte ».

En lieu et place « Prévoyance vieillesse 2020 » fait toute une série de propositions qui entraîneront une dégradation des prestations de l’AVS. L’USS rejette le relèvement à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes parce qu’il ne tient pas compte de la situation des femmes de plus de 60 ans. De plus, le marché du travail n’est déjà pas capable aujourd’hui d’offrir suffisamment d’emplois aux femmes, ni aux hommes. C’est pourquoi aucun relèvement général de l’âge de la retraite ne sera accepté.

L’USS soutient la hausse de la TVA en faveur de l’AVS, car, en raison des classes d’âge à forte natalité qui prendront leur retraite ces prochaines années, l’AVS aura besoin d’un financement additionnel pour la prochaine décennie. Par contre, on ne saurait admettre que la Confédération se retire partiellement du financement de l’AVS (redéfinition du financement de l’AVS par la Confédération). Il n’est pas non plus question qu’avec le « mécanisme d’intervention » prévu, l’on suspende l’adaptation des rentes au renchérissement et à l’évolution des salaires. Il faut empêcher pareille razzia sur les porte-monnaie des retraité(e)s.

En outre, l’USS rejette l’affaiblissement des rentes déjà basses de la prévoyance professionnelle obligatoire. La baisse radicale proposée du taux de conversion minimal à 6 % n’est pas réaliste, car le peuple a déjà sèchement refusé une baisse plus modeste à 6,4 %. Et les mesures prévues pour maintenir le niveau des prestations seront très chères pour les bas revenus et elles diminueront leurs budgets pendant leur vie active.

renseignements :

- Doris Bianchi, secrétaire dirigeante responsable de la politique sociale à l'USS,
031 377 01 13 ou 076 564 67 67

- Thomas Zimmermann, responsable de la communication et porte-parole de l'USS, 079 249 59 74

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Secrétaire centrale

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top