Le National va droit dans le mur: sa solution est trop chère pour les jeunes et les femmes!

  • Politique sociale
Communiqués de presse

« Prévoyance vieillesse 2020 »

Appliquant le slogan " Travailler plus longtemps et payer beaucoup plus de cotisations ", la majorité du Conseil national a, lors de ses délibérations sur " Prévoyance vieillesse 2020 ", pris la direction d'un crash. L'automatisme devant mener à l'âge de la retraite à 67 ans n'est en effet pas en mesure de rallier une majorité de la population. Malgré les tentatives d'apaisement, ce mécanisme revient à programmer la retraite à 67 ans dès la prochaine décennie. Cela, alors qu'aujourd'hui déjà, toujours plus de travailleurs et travailleuses âgés doivent craindre pour leur emploi et, s'ils le perdent, n'ont guère de chance d'en retrouver un autre. La retraite à 67 ans va mettre énormément de personnes en fin de droit.

Les femmes devront encore plus rapidement travailler plus longtemps. Sont de fait déjà concernées ici les femmes qui ont actuellement 62 ans, une dégradation de prestations qui ne sera pas compensée. Et cela, alors qu'elles sont confrontées aujourd'hui déjà à des difficultés sur le marché du travail et défavorisées dans le 2e pilier par rapport aux hommes parce que continuant à assumer la majeure partie des tâches éducatives et des travaux ménagers.

Les perspectives sont également sombres pour les cotisant(e)s du 2e pilier. Certes les libéraux-radicaux et l'UDC, refroidis par la votation sur AVSplus, sont désormais d'accord de vraiment compenser la baisse des rentes du 2e pilier. Cependant, au lieu de miser sur la solution la plus avantageuse et présentant le meilleur rapport coût/prestations, comme le supplément AVS de 70 francs décidé par le Conseil des États, le Conseil national a choisi un modèle qui va notamment saigner à blanc les jeunes. Selon ce modèle, la charge représentée par les cotisations de la prévoyance professionnelle, le 2e pilier, augmentera très fortement. Pour un salaire annuel de 70 000 francs, la hausse des cotisations salariales sera de 1 500 francs par an. Et l'employeur devra verser la même somme en plus. Ajouté à la hausse des primes des caisses-maladie pour les enfants, cela va mettre les jeunes familles en grande difficulté. " Grâce " au gonflement du 2e pilier décidé par l'UDC et les libéraux-radicaux, les charges salariales annexes vont exploser, ce qui constituera, précisément pour les PME, une importante charge supplémentaire.

Dans la prévoyance vieillesse, les francs de cotisation versés doivent être engagés de manière efficace. Ce n'est pas le cas ici. Des délibérations sérieuses sur la prévoyance vieillesse, c'est tout autre chose. En l'état, le projet n'est pas en mesure de rassembler une majorité derrière lui.

renseignements
  • Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l‘USS,,076 564 67 67
  • Thomas Zimmermann,  responsable de la communication de l’USS, 079 249 59 74

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Secrétaire centrale

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top