Le Conseil national veut faire passer des baisses de rente en catimini

  • Prévoyance professionnelle
  • Politique syndicale
Communiqués de presse
Écrit par Doris Bianchi

Taux de conversion minimal LPP

Le Conseil national veut que le taux de conversion minimal LPP ne figure plus dans la loi, mais soit fixé par le Conseil fédéral. Ce ne serait donc plus les citoyennes et citoyens, mais les compagnies d’assurance et le lobby des caisses de pensions qui décideraient du niveau des rentes futures. Pour l’Union syndicale suisse (USS), le taux de conversion minimal doit impérativement figurer dans la loi. Toute autre solution entraînerait une baisse des rentes.

Le taux de conversion minimal définit quel sera le montant de la rente du 2e pilier que les salarié(e)s à bas revenu toucheront. Cette principale garantie de prestation pour la partie obligatoire de la prévoyance professionnelle doit avoir une légitimité démocratique. Que les citoyennes et citoyens puissent avoir voix au chapitre en ce qui concerne les aspects essentiels de leur vie est conforme à notre système politique de démocratie directe. En 2010, le peuple a exercé ce droit et rejeté à une majorité écrasante de 70 % la baisse du taux de conversion minimal LPP qui lui était proposée. Et aujourd’hui, le Conseil national veut jeter par-dessus bord la démocratie directe…

Cette décision de la Chambre du peuple suit les projets des compagnies d’assurance et du lobby des caisses de pensions. Celles-ci et celles-là peuvent en effet beaucoup plus influencer le Conseil fédéral que les citoyennes et citoyens. Pour les compagnies d’assurance, les baisses de rente et la hausse de leurs bénéfices sont déjà programmées.

En transmettant au Conseil des États cette motion qui demande de sortir de la loi le taux de conversion minimal LPP, le Conseil national rend la situation encore moins favorable au processus de réforme intitulé « Prévoyance vieillesse 2020 ». Au relèvement de l’âge de la retraite et aux baisses de rente s’ajoute maintenant le « délestage » de la démocratie directe. Le peuple n’avalera pas de telles couleuvres.

renseignements :

Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l’USS, responsable de la politique sociale, 076 564 67 67

 

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Secrétaire centrale

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top