Le Conseil fédéral fait des cadeaux aux assurances

  • Prévoyance professionnelle
  • Politique sociale
Communiqués de presse

Taux d’intérêt minimal LPP : le commentaire de l'USS

En décidant de baisser le taux d’intérêt minimal de la prévoyance professionnelle à 1,25 %, niveau encore jamais atteint à ce jour, le Conseil fédéral a une fois de plus cédé aux lamentations du secteur de l’assurance et puni les assuré(e)s. Dans la situation actuelle, un taux plus élevé, bien que restant modeste, de 1,75 % serait possible. Comme le passé le montre en effet, le taux d’intérêt minimal a presque toujours été fixé 1 % plus bas, ces dernières années, que ne l’auraient permis les rendements effectifs des placements. Ceux qui en ont grandement profité, ce sont les assureurs-vie, qui ont augmenté par ce biais leur marge bénéficiaire. Pour la seule année 2014, les assurances ont ainsi empoché près de 700 millions de francs.

Du point de vue des salarié(e)s, cette évolution est une catastrophe. Les intérêts servis sur les avoirs de vieillesse sont toujours plus faibles, ce qui entraîne aussi une baisse des rentes futures. Pas étonnant que la confiance placée dans le 2e pilier s’effrite toujours plus. C’est pour cela que l’USS demande que l’on passe à un autre système pour fixer le taux intérêt minimal. Au lieu de le faire pour l’année suivante, le Conseil fédéral doit à l’avenir fixer ce taux pour l’année en cours.

Mais il est clair aussi que les difficultés rencontrées par le 2e pilier pour garantir de bonnes rentes ne diminueront pas jusqu’à nouvel ordre. Quiconque veut compenser la baisse de sa rente doit par conséquent renforcer l’AVS, comme le veut l’initiative populaire AVSplus. C’est une façon de procéder plus sûre et beaucoup plus avantageuse que de verser toujours plus d’argent dans le 2e pilier. Le Conseil des État l’a bien vu lui aussi et décidé de renforcer l’AVS en relevant ses rentes. Le Conseil national serait bien inspiré de choisir la même voie, car une réforme de la prévoyance vieillesse sans progrès social est vouée à l’échec..

renseignements

 

  • Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l'USS, responsable de la politique sociale, 076 564 67 67
  • Thomas Zimmermann, responsable de la communication et porte-parole de l'USS, 079 249 59 74

 

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Secrétaire centrale

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top