Le Conseil fédéral choisit de rester sur la voie de l’affrontement : une offensive inacceptable contre les PC

  • AVS
  • Prévoyance professionnelle
Communiqués de presse

Prévoyance vieillesse 2020 : réforme des prestations complémentaires (PC)

Après analyse du résultat de la procédure de consultation sur le projet « Prévoyance vieillesse 2020 », le Conseil fédéral n’a pas modifié son orientation. Au lieu de renforcer l’AVS et de garantir un revenu suffisant touché sur forme de rentes, il reste sur la voie de l’affrontement avec les intérêts de vastes pans de la population. Il entend ainsi affaiblir l’AVS plutôt que de la renforcer. Nombre de retraité(e)s actuels et futurs devront donc se serrer encore plus la ceinture, alors que les rentes de ceux-là ne leur permettent déjà pas de vivre décemment aujourd’hui.

Malgré les violentes critiques émises lors de cette consultation, le gouvernement veut affaiblir l’AVS, la Confédération se retirant de son financement. L’Union syndicale suisse (USS) estime inacceptable cette saignée pratiquée sur l’AVS, tout aussi peu d’ailleurs que le projet de suspendre l’indexation automatique des rentes AVS sur le renchérissement en cas de situation financière tendue.

Le Conseil fédéral veut aussi maintenir le relèvement à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes, alors que toutes les organisations féminines, de gauche comme de droite, le rejettent d’une même voix. C’est une insulte que d’économiser 1 milliard de francs sur le dos des femmes, car le revenu touché aujourd’hui déjà par celles-ci sous forme de rentes est trop bas puisqu’elles ont moins pu cotiser durant leur vie professionnelle en raison de la discrimination salariale à leur égard et d’interruptions de leur activité. De plus, il y a trop peu d’emplois pour des femmes de plus de 60 ans. Au lieu de relever l’âge de la retraite des femmes, il faut augmenter leurs rentes.

La baisse brutale de 6,8 à 6 % du taux de conversion minimal met en danger également les rentes du 2e pilier. Si le Conseil fédéral entend compenser la baisse de rente la plus importante jamais vue par des prélèvements supplémentaires pour le 2e pilier, ces mesures ne passeront sans doute pas sans autre au Parlement, comme l’indique le fort scepticisme qui s’est exprimé à la faveur de la consultation. Et même si elles franchissent l’obstacle des Chambres, elles n’offriront aucun avantage aux travailleurs et travailleuses dont le salaire mensuel oscille entre 3 000 et 5 000 francs. Malgré des prélèvements plus importants sur des salaires déjà tout juste suffisants, ceux-ci ne toucheront qu’une rente maigrelette. Seule une hausse des rentes AVS, comme le demande l’initiative AVSplus des syndicats, pourra améliorer leur situation.

L’USS est consternée de voir que les prestations complémentaires (PC) aussi passeront à la moulinette pratiquement parallèlement à « Prévoyance vieillesse 2020 ». La restriction voulue de l’accès aux PC concernera les classes moyennes. Il n’est pas question que seules les riches puissent se permettre de séjourner dans un EMS et que les autres doivent se tourner vers l’aide sociale. Pour l’USS, les PC doivent pouvoir remplir leur fonction de financement des soins. Des coupes ici ne sont pas acceptables. Les économies annoncées avec les PC montrent clairement que le niveau de vie à la retraite des personnes à bas et moyens revenus sera encore plus sous pression. L’initiative populaire « AVSplus : pour une AVS forte » n’en est que plus nécessaire. Car ce n’est qu’avec des rentes AVS améliorées que les bas et moyens revenus pourront vivre demain aussi leur vieillesse matériellement dans la dignité.

Doris Bianchi (031 377 01 13 ou 076 564 67 67), , se tient à votre disposition pour tout complément d’information.

renseignements

 

  • Doris Bianchi, secrétaire dirigeante responsable de la politique sociale à l’USS, 031 377 01 13 ou 076 564 67 67

 

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Première secrétaire adjointe a.i.

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top