L’AVS doit être renforcée, pas affaiblie !

  • AVS
Communiqués de presse

Prévoyance vieillesse

Le Conseil fédéral ne prend pas au sérieux les inquiétudes de nombreux retraité(e)s. Dans sa décision de principe sur l’initiative AVSplus, il ne fait aucun cas de la demande d’une amélioration du revenu perçu sous forme de rentes, alors qu’aujourd’hui déjà, nombre de retraité(e)s doivent vivre au-dessous du seuil de pauvreté et que la pauvreté des personnes âgées continuera à se répandre si l’on ne prend pas de contre-mesures. Or au lieu d’agir, le gouvernement entend même démanteler encore plus les prestations de l’AVS avec son projet « Prévoyance vieillesse 2020 » en remettant en question la compensation du renchérissement. C’est pour cela que l’initiative populaire « AVSplus : pour une AVS forte » est le seul moyen de garantir des rentes décentes.

Les rentes AVS ont été substantiellement adaptées pour la dernière fois à l’évolution des salaires en 1992, raison pour laquelle elles sont toujours plus à la traîne de ces derniers. En outre, les prestations du 2e pilier sont sous pression. Pour beaucoup, le revenu perçu sous forme des rentes est par conséquent insuffisant. La Suisse se trouve donc bien éloignée de l’objectif fixé par sa Constitution, selon lequel les rentes des 1er et 2e piliers doivent permettre aux assuré(e)s « de maintenir de manière appropriée (leur) niveau de vie antérieur ». Pire encore : selon une étude de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), en Suisse, 18 % des bénéficiaires de rentes vivent déjà au-dessous du seuil de pauvreté.

Seul un renforcement de l’AVS peut corriger judicieusement cette situation. En effet, l’AVS est la prévoyance sociale la plus sûre, la plus efficiente et la plus sociale de Suisse. L’initiative demande une hausse de 10 % de ses rentes. Pour une personne vivant seule, la rente AVS moyenne augmenterait d’environ 200 francs par mois et d’environ 350 francs pour un couple. Étant donné le mode de financement génial et solidaire de cette assurance, le renforcement du 1er pilier qu’elle constitue sera beaucoup plus efficace et financièrement avantageux pour les assuré(e)s à bas ou moyens revenus que l’épargne privée avec laquelle les banques et les assurances font aussi des bénéfices. C’est à cause du bien meilleur rapport qualité-prix du 1er pilier qu’il est intéressant, précisément pour la jeune génération, de renforcer l’AVS. Et surtout pour les femmes, l’AVS représente avec ses bonifications pour tâches éducatives une forme de prévoyance beaucoup plus attrayante que tout autre modèle.

Ce qui a de la valeur a aussi un prix. L’amélioration des rentes selon l’initiative devrait coûter 3,6 milliards de francs. Si la Suisse instaurait un impôt sur les successions, 2 milliards seraient déjà financés. Et si le produit de l’impôt sur le tabac profitait entièrement à l’AVS au lieu de tomber dans la caisse de la Confédération, l’AVS disposerait d’un coup de 2,2 milliards supplémentaires.

L’initiative populaire « AVSplus : pour une AVS forte » a été déposée à la Chancellerie fédérale en décembre 2013, munie de 111 683 signatures dont la récolte n’a nécessité que quelques mois. Derrière elle, on trouve l’Union syndicale suisse (USS), ses fédérations membres, d’autres organisations de salarié(e)s (enseignant(e)s romands et alémaniques [SER, LCH], fonctionnaires de police [FSFP] et Syna), le Parti socialiste, les Vert(e)s, ainsi que des organisations de retraité(e)s (AVIVO).

renseignements :

 

  • Paul Rechsteiner, président de l'USS, 079 277 61 31
  • Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l'USS, responsable de la sécurité sociale, 076 564 67 67
  • Thomas Zimmermann, responsable de la communication et porte-parole de l'USS, 079 249 59 74

 

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Secrétaire centrale

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top