Il faut renforcer la sécurité sociale, pas l’affaiblir

  • Politique sociale
  • AVS
  • Prévoyance professionnelle
Communiqués de presse

Congrès de l’USS

Ces quatre prochaines années, l'Union syndicale suisse (USS) défendra les acquis sociaux et s'engagera pour combler les lacunes existantes dans ce domaine. C'est ce qu'ont clairement fait savoir les quelque 400 congressistes ce jeudi lors du congrès de l'USS, dans le cadre d'un débat sur la sécurité sociale. Au lieu d'affaiblir les assurances sociales, les politiques doivent se focaliser sur la garantie d'un niveau de vie équitable.

Les risques sociaux comme la mort, la vieillesse, la maladie, l'invalidité, les accidents et le chômage ne peuvent être portés que collectivement. En effet, leurs conséquences financières ne peuvent pas être supportées par les gens à eux seuls. À cet effet, aucun instrument n'est plus performant que les assurances sociales, car elles lient principe du grand nombre et principe de la solidarité, par exemple entre jeunes et vieux, personnes en bonne santé et malades ou riches et pauvres. C'est pour cela que les assurances sociales sont bien plus efficaces que toute prévoyance privée.

C'est pourquoi la principale assurance sociale de Suisse, l'AVS, ne doit pas être affaiblie, mais renforcée. La prévoyance privée serait de fait la seule à en profiter. Le relèvement de l'âge de la retraite des femmes n'entre pas en ligne de compte pour l'USS. Il ne prend pas en considération la situation des femmes de plus de 60 ans. En outre, le marché du travail n'est pas capable, aujourd'hui déjà, d'offrir des emplois en suffisance aux personnes de cet âge.

Il est également faux que la Confédération se retire partiellement, comme prévu, du financement de l'AVS (redéfinition du financement de l'AVS par la Confédération). Cela entraînerait soit une hausse de la TVA, soit une baisse des rentes. L'USS rejette énergiquement aussi la suspension automatique, également planifiée, de l'adaptation tous les deux ans des rentes au renchérissement et à l'évolution des salaires.

Pour les personnes à bas ou moyens revenus, soit la grande majorité de la population, l'AVS est le pilier le plus solide de leur prévoyance vieillesse. Ces personnes ont besoin, pour vivre leur retraite dans la dignité, d'un revenu perçu sous forme de rentes qui soit convenable. C'est pourquoi le 1er pilier ne doit pas être affaibli. L'AVS a au contraire besoin d'être renforcée à travers la réforme à venir " Prévoyance vieillesse 2020 ", ainsi que le demande l'initiative AVSplus, c'est-à-dire sous la forme d'un supplément de 10 %. Cela, d'autant plus que les nouvelles rentes AVS sont toujours plus à la traîne de l'évolution des salaires.

L'USS n'acceptera pas non plus les projets de coupes dans les prestations complémentaires (PC). Les personnes à moyen revenus seraient gravement touchées par une limitation de l'accès aux PC et deviendraient rapidement dépendantes de l'aide sociale. Les PC ne pourraient plus remplir leur fonction d'assurance des soins. C'est pourquoi l'USS combattra toute détérioration du financement des soins destinés aux personnes âgées.

Le congrès de l'USS s'est aussi prononcé contre toute détérioration des rentes d'ores et déjà basses de la prévoyance professionnelle obligatoire. L'USS rejette la baisse radicale à 6 % du taux de conversion minimal proposée.

Les congressistes de l'USS ont souligné avec force leur disposition à défendre leurs revendications et adopté une résolution qui appelle à une manifestation, le 7 mars 2014, pour l'égalité des salaires entre femmes et hommes et contre le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes.

Avec leurs revendications et leurs messages, les congressistes se sont aussi adressés au ministre suisse de la Sécurité sociale, Alain Berset, qui leur a expliqué son projet " Prévoyance vieillesse 2020 ". À cette occasion, ce dernier a appelé à s'engager ensemble pour une prévoyance vieillesse stable à long terme.

Renseignements
  • Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l'USS, responsable de la politique sociale, 031 377 01 13 ou 076 564 67 67

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Première secrétaire adjointe a.i.

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top