Des jalons importants, malgré de grands reculs

  • AVS
  • Politique sociale
  • Suisse
Communiqués de presse

Le Conseil des États se prononce sur « Prévoyance vieillesse 2020 »

Pour la première fois depuis 20 ans, les rentes de l’AVS vont à nouveau être substantiellement augmentées. En prenant cette décision, le Conseil des États a amélioré les propositions du Conseil fédéral sur un point décisif. En effet, cette réforme ne peut pas uniquement imposer des sacrifices à la population. Elle doit aussi apporter un progrès social, car la majorité de la population a besoin de rentes AVS et du 2e pilier qui soient décentes. Le projet ne pourra passer le cap des urnes que s’il présente pour elle un bilan final positif. Le Conseil national devra aussi appliquer ce principe s’il ne veut pas que la réforme échoue une nouvelle fois. C’est d’autant plus vrai que les reculs induits par les décisions du Conseil des États restent énormes :

  • La baisse de 6,8 à 6 % du taux de conversion LPP se traduira, dans le domaine obligatoire du 2e pilier, par une baisse de 12 % de la rente, une perte qui ne sera pas pleinement compensée pour les personnes de moins de 50 ans. Il appartient donc désormais au Conseil national d’apporter des améliorations sur ce point.
  • À cause du relèvement de leur âge de la retraite, les femmes subiront une baisse de leurs rentes. Et 1,22 milliard de francs seront ainsi économisés sur leur dos ; cela, alors qu’elles sont toujours défavorisées dans leur prévoyance vieillesse par rapport aux hommes et qu’à cause de leurs salaires inférieurs et des tâches familiales et d’assistance qu’elles assument, les rentes qu’elles peuvent se constituer sont clairement inférieures à celles des hommes. Il manque en outre toujours des mesures efficaces contre les inégalités salariales entre les sexes.

Le Conseil des États a aussi oublié les actuels rentiers et rentières. Aucune amélioration des rentes n’est pour l’heure prévue à leur intention, alors que les actuelles rentes des 1er et 2e piliers de nombre d’entre eux ne leur permettent pas de « maintenir de manière appropriée (leur) niveau de vie antérieur », comme le prescrit la Constitution fédérale. Pour cette raison, la hausse des rentes ne doit pas seulement profiter aux nouveaux retraité(e)s, mais aussi aux actuels, ainsi que le demande l’initiative populaire de l’Union syndicales suisse (USS) AVSplus.

Le principal aspect positif des décisions de la Chambre des cantons est le renoncement à plusieurs mesures proposées par le Conseil fédéral, des mesures qui auraient affaibli l’AVS au lieu de la renforcer. Ainsi, le Conseil des États, ne remet pas en question la compensation du renchérissement et n’entend pas libérer la Confédération d’une partie de sa contribution au financement de l’AVS. L’USS est également contente de constater que les rentes de veuve de l’AVS ne seront pas supprimées.

L’USS part de l’idée que le Conseil des États suivra sa commission et que le Conseil national maintiendra ces améliorations. Une fois les délibérations parlementaires terminées, l’USS dressera un bilan et arrêtera sa position. Que celles et ceux qui ne veulent pas compenser pleinement les baisses de rente se rappellent qu’avec un tel projet, ils échoueront dans les urnes comme ce fut le cas par le passé.

renseignements
  • Doris Bianchi, 076 564 67 67, secrétaire dirigeante responsable de la sécurité sociale
  • Thomas Zimmermann, 079 249 59 74, responsable de la communication
A télécharger

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Première secrétaire adjointe a.i.

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top