AVS : un modèle de succès à renforcer

  • AVS
Communiqués de presse
Écrit par Doris Bianchi

Dépôt de l’initiative AVSplus

Les rentes AVS sont toujours plus à la traîne des salaires et les prestations du 2e pilier sont sous pression. C’est pour cela que le revenu perçu sous forme de rentes (1er et 2e piliers) est insuffisant pour beaucoup. Si aucune mesure n’est prise pour y remédier, le problème va encore s’aggraver pour les futurs retraité(e)s. Le projet « Prévoyance vieillesse 2020 » veut même dégrader encore plus les prestations de l’AVS en remettant en question l’indexation sur le renchérissement.

C’est pour cela que l’Union syndicale suisse (USS) a lancé en mars 2013 son initiative populaire « AVSplus : pour une AVS forte », comme contreprojet à « Prévoyance 2020 ». Et l’USS, ses fédérations membres, d’autres organisations de salarié(e)s (LCH, SER, FSFP et Syna), le Parti socialiste et les Verts, ainsi que des organisations de retraité(e)s avaient déjà récolté 127 000 signatures à l’été. Mardi, 112 114 signatures validées, ont été déposées à la Chancellerie fédérale.

AVSplus demande que la plus importante assurance sociale de Suisse soit renforcée. En effet, l’AVS constitue la prévoyance vieillesse la plus sûre, la plus efficiente et la plus sociale du pays. AVSplus demande une hausse de 10 %  des rentes AVS. Pour les personnes vivant seules, cela signifierait une augmentation mensuelle de 200 francs environ de leur rente AVS et, pour les couples, d’environ 350 francs. Grâce au système de financement génial et solidaire de cette assurance, un renforcement du 1er pilier est beaucoup plus efficace et avantageux pour les bas et moyens revenus que l’épargne privée, avec laquelle banques et assurances privées font aussi des bénéfices. En raison du rapport qualité-prix bien meilleur du 1e pilier, le renforcement de l’AVS est particulièrement intéressant pour la jeune génération.

Et les femmes en profiteraient plus que la moyenne. Pour cause de maternité et d’éducation des enfants, elles perçoivent souvent des petites rentes du 2e pilier. Avec les bonifications pour tâches éducatives, l’AVS tient par contre compte des interruptions de carrière, si bien que les femmes avec enfant(s) reçoivent aussi des rentes AVS d’un bon niveau.

Tout ce qui a de la valeur a un prix : l’amélioration des rentes de l’AVS devrait coûter 3,6 milliards de francs. Si la Suisse introduisait un impôt sur les successions, 2 milliards en seraient déjà financés. Et si l’impôt sur le tabac profitait directement et pleinement à l’AVS, et non à la Confédération, l’AVS disposerait d’un seul coup de 2,2 milliards de francs en plus.

Les photos du dépot

Renseignements
  • Paul Rechsteiner (079 277 61 31), président de l’USS
  • Doris Bianchi (076 564 67 67), secrétaire dirigeante de l’USS responsable de la sécurité sociale
Documents
  • Les réponses des syndicats à « Prévoyance vieillesse 2020 » - Paul Rechsteiner, président de l'USS
  • <media>L’avenir de la prévoyance vieillesse réside dans une AVS plus forte</media> - Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l’USS responsable de la sécurité sociale
  • <media>AVSplus: vivre sa retraite en sécurité et dans la dignité</media> - Giorgio Tuti, président du SEV
  • <media>Avec AVSplus, enfin une retraite digne de ce nom pour les salariés</media> - Aldo Ferrari, membre du Comité directeur du syndicat Unia
  • <media>La success story suisse s’écrit en trois lettres : AVS</media> - Jacqueline Fehr, conseillére nationale er vice-présidente du PS Suisse
  • <media>Un pas vers la couverture des besoins vitaux</media> - Christiane Jacquet-Berger, présidente AVIVO suisse

Responsable à l'USS

Gabriela Medici

Secrétaire centrale

031 377 01 13

gabriela.medici(at)sgb.ch
Gabriela Medici
Top