Un partenariat social solide dans la formation

  • Formation & Jeunesse
Articles
Écrit par Laura Perret Ducommun

Profession de foi commune pour l'avenir dans la formation professionnelle

Les résultats réjouissants du sommet national de la formation professionnelle s’est tenu le 18 avril dernier sous la direction du président de la Confédération, Johann Schneider-Ammann, en présence des représentants de la Confédération, des cantons et des milieux politique et économique démontre que le partenariat social pour la formation professionnelle est fort.

Après d’intenses discussions, les partenaires de la formation professionnelle sont arrivés à un consensus sur plusieurs thèmes importants : vision d’avenir, financement et intégration des réfugiés. L’USS a démontré, une fois de plus, son engagement et sa force de proposition pour faire avancer les dossiers. Elle poursuivra ses efforts dans l’intérêt d’un système de formation performant favorisant l’intégration socio-professionnelle de la population.

Réfléchir sur une vision 2030 de la formation professionnelle

Le résultat le plus important concerne le lancement d’une réflexion sur une vision 2030 de la formation professionnelle. Après 12 ans de mise en œuvre de la loi sur la formation professionnelle, le temps est venu de se pencher sur les défis futurs pour le système suisse de formation : démographie, vieillissement de la population, migration, mobilité, disparition de certains métiers, création de nouveaux métiers, digitalisation, industrie 4.0, changement des modèles de travail et des modes de vie, etc. Ce thème a été mis à l’agenda politique suite à l’impulsion de l’USS et des autres organisations faîtières lors des Journées des partenaires de la formation professionnelle qui se sont déroulées les 10 et 11 mars à Berne. Un groupe de travail sera donc mis sur pied avec les partenaires de la formation professionnelle et des experts. Il prendra aussi en compte les interfaces avec la scolarité obligatoire, les hautes écoles, la formation continue, etc.

Donner suffisamment de moyens à la formation professionnelle

Un deuxième résultat réjouissant concerne le soutien unanime à une allocation de moyens suffisants pour la formation professionnelle dans le cadre du message FRI 2017-2020 discuté au Parlement cette année. Pour rappel, ce message, approuvé par le Conseil fédéral en février, définit les objectifs et les moyens financiers de la Confédération pour le domaine Formation, Recherche et Innovation (FRI) pour les années 2017 à 2020. Le budget prévu est de l’ordre de 26 milliards de francs. Il est néanmoins préoccupant dans la mesure où il intègre des économies de 555 millions de francs provenant du programme de stabilisation 2017-2019 de la Confédération et prévoit une croissance inférieure à celle de la période précédente (2% contre 3,7% pour la période 2013-2016). A cela s’ajoutent les économies budgétaires opérées dans les cantons.

L’USS a donc proposé de s’engager pour garantir les moyens financiers nécessaires à la mise en œuvre du message FRI 2017–2020, en veillant à ce que le financement de la formation professionnelle supérieure ne se fasse pas au détriment de la formation professionnelle initiale dans les cantons. Cette proposition a reçu le soutien des autres acteurs, ce qui représente un signal fort en prévision des débats parlementaires à venir. Un premier signe positif a été donné par la Commissions de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national (CSEC-N) qui a décidé, lors de sa séance du 14 et 15 avril, d’augmenter de 286 millions de francs les subventions forfaitaires que la Confédération verse aux cantons pour les cours préparatoires aux examens de la formation professionnelle supérieure.

Intégrer les réfugiés par le préapprentissage

Le troisième thème important concerne l’intégration des réfugiés. En effet, au vu de la situation internationale dramatique en matière de flux migratoires, qui s’est traduite par 40 000 demandes d’asile en Suisse en 2015, l’USS a proposé une mesure pour favoriser l’intégration des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire en utilisant des offres et instruments existants, adaptés selon les besoins. Avec à peine 1000 places de préapprentissage d’intégration par année entre 2018 et 2021, le projet du Secrétariat d’Etat aux Migrations n’est de loin pas suffisant pour faire face à l’ampleur du phénomène. La proposition de l’USS a reçu le soutien des autres acteurs. Pour la réaliser, il faudra analyser la situation dans le dialogue entre partenaires, prendre des mesures concertées et assurer la bonne collaboration entre les autorités responsables de la formation et de la migration au niveau fédéral et cantonal.

Deux études mandatées

Lors de ce sommet, d’autres thèmes ont également été discutés. Notamment, le développement de la certification professionnelle pour adultes, qui était déjà à l’agenda lors du sommet 2014. Il sera poursuivi, avec notamment deux études qui analyseront les besoins de l’économie et des personnes concernées. L’USS a réitéré son soutien aux mesures permettant aux adultes d’acquérir une qualification de degré secondaire II.

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top