Politique de la formation : Des succès ici aussi

  • Formation & Jeunesse
Articles
Écrit par Peter Sigerist

Elle est un peu comme la cerise sur le gâteau, cette petite victoire en politique de la for-mation du dernier week-end de votation. Mais rien de comparable, bien sûr, avec la vic-toire éclatante contre le vol des rentes du 2e pilier.

Avec plus de 61 pour cent des voix, le canton de Fribourg a dit oui au concordat HarmoS, c’est-à-dire l’accord intercantonal sur l’harmonisation de la scolarité obligatoire, entré en vigueur au 1er août 2009. Ainsi douze cantons, représentant 67 pour cent de la population suisse, ont désormais accepté, à travers HarmoS, d’encourager la petite enfance qui n’a que trop attendu et de créer de nouvelles structures de jour dans les écoles. Quatre cantons démographiquement importants (Saint-Gall, Zurich, Berne et Fribourg) ont accepté cette réforme dans les urnes. À Glaris, c’est la Landsgemeinde qui a décidé, alors que, dans sept autres cantons, c’est le parlement qui s’est prononcé. Dans six cantons démographiquement moins importants (Lucerne, Grisons, Thurgovie, Nidwald, Uri et Zoug), l’adhésion à HarmoS a échoué suite à un référendum. Dans huit cantons, la décision est encore pendante. Le délai pour la mise en œuvre d’HarmoS court jusqu’au 31 juillet 2015.

Thurgovie : non à l’école privée

L’école primaire aura 175 ans cette année dans le canton de Thurgovie. Celui ou celle qui veut s’attaquer avec des privatisations à pareil pilier de l’identité suisse doit avoir de meilleurs arguments que quelques lacunes à invoquer, des lacunes qui, de toute façon, apparaissent régulièrement dans toute institution historique et auxquelles il peut être remédié. Le « lobby parents suisse » ne s’en sort pas mieux avec sa volonté de privatiser l’école primaire que le clergé tessinois qui, il y a quelques années déjà de cela, a vu tant sa propre initiative en faveur de l’école privée que le contre-projet du parlement clairement échouer. Le 30 novembre 2009, les citoyen(ne)s de Bâle-Campagne ont défendu leur école publique par 80 pour cent des voix. Et le 7 mars, les Thurgovien(ne)s ont fait encore mieux, avec 83,2 pour cent des voix favorables à une école publique et démocratique ! De quoi attendre calmement les autres votations cantonales annoncées par le « lobby parents suisse ».

 

Responsable à l'USS

Laura Perret Ducommun

Première secrétaire adjointe

031 377 01 23

laura.perret(at)sgb.ch
Laura Perret
Top