Un pas timide vers l’égalité salariale

  • Égalité des sexes
Communiqués de presse

Un olivier contre la discrimination salariale

L'USS se félicite que le message annoncé aujourd'hui par le Conseil fédéral sur la révision de la Loi sur l'égalité aille enfin dans le sens d'une avancée vers l'égalité salariale. Néanmoins, elle déplore que le Conseil fédéral ait renoncé aux contrôles étatiques et aux sanctions demandées par les syndicats. Vu la résistance massive des patrons, l'obligation faite aux entreprises qui emploient au moins 50 personnes d'effectuer une analyse des salaires constitue tout de même un progrès.

Cet après-midi, une alliance de femmes sans étiquette politique a apporté ses revendications au Palais fédéral avec un olivier et insisté pour que 35 ans après l'adoption du mandat constitutionnel, la Loi sur l'égalité soit enfin mise en œuvre et l'égalité salariale réalisée dans les faits.

Déclarations de l'Alliance des femmes 

" Relever l'âge de la retraite des femmes et ne pas se soucier de l'égalité salariale - c'est honteusement inconstitutionnel. "

Barbara Gurtner, membre du groupe rédacteur du manifeste de la Révolution des grands-mères 

" Les Femmes protestantes en Suisse demandent que les entreprises où des discriminations salariales sont constatées fassent l'objet de sanctions. La discrimination salariale enfreint la loi et la Constitution, elle doit donc être sanctionnée. "

Dorothea Forster, présidente des Femmes protestantes en Suisse (FPS)

" L'obligation d'analyser les salaires est un pas dans la bonne direction. Identifier les écarts salariaux est la première étape de leur éradication. "

Elisabeth Bosshart, Business and Professional Women (BPW)

Renseignements 

Regula Bühlmann, secrétaire centrale de l'USS, 076 200 90 89

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top