Pour endiguer la violence domestique

  • Égalité des sexes
Articles
Écrit par Therese Wüthrich

En Suisse, 300 personnes se suicident chaque année avec une arme à feu et 70 autres sont victimes d’homicides commis à l’aide d’armes à feu. L’initiative populaire « Pour la protection face à la violence des armes » veut endiguer cette violence. C’est pour cela qu’il faut dire OUI à cette initiative.

L’arme dans l’armoire à habits ne facilite pas uniquement les suicides, elle est aussi un danger pour les proches. Car les hommes – il s’agit pratiquement toujours d’hommes – qui se suicident à l’aide d’une arme à feu ont parfois tué au préalable leur femme et leurs enfants. En outre, la présence d’une arme à feu dans les ménages privés constitue pour nombre d’enfants et de femmes une menace subtile. Cela, surtout lorsqu’il est régulière­ment rappelé à la famille que l’arme se trouve à la cave, aux galetas ou sous le lit. Chaque jour, des femmes et des enfants s’enfuient de leur maison parce qu’ils ont peur et se sen­tent menacés par une arme à feu à portée de main. La violence domestique concerne presque toujours les femmes et les enfants et est en principe exercée par des membres masculins de la famille.

Pour plus de sécurité

Cette initiative a pour but de contribuer à l’endiguement de la violence domestique ainsi qu’à la prévention du suicide. Elle a été lancée le 4 septembre 2007 par une large coalition composée de plus de 60 organisations parmi lesquelles on trouve aussi des syndicats (comedia, ssp). Elle demande que l’acquisition et la détention d’armes ne puissent se faire qu’en cas de besoin et de capacités prouvés, que les armes des militaires soient conservées dans des locaux sécurisés de l’armée, qu’un registre national des armes à feu soit tenu et que les armes particulièrement dangereuses pour les personnes privées soient interdites. L’initiative se veut une contribution à une sécurité améliorée. Il est prouvé depuis longtemps qu’en Suisse, la possibilité de disposer beaucoup trop facilement d’une arme à feu représente un danger important, un danger qu’il est possible de neutraliser sans autre.

Prévention du suicide

Lorsque des armes à feu sont à portée de main, les tentatives de suicide mènent presque toujours à la mort. Le suicide est principalement un acte impulsif, dirigé par des senti­ments forts devenant très rapidement toujours plus forts. Le suicide est presque toujours un acte passionnel. C’est pourquoi l’Office fédéral de la santé, dans son rapport sur la prévention du suicide (avril 2005), arrive clairement à la conclusion qu’une loi restrictive sur les armes contribuerait de manière importante à la prévention du suicide. Pour la Fé­dération des médecins suisses (FMH) et pour toutes les importantes sociétés de psychia­tres de Suisse aussi, il est scientifiquement prouvé qu’en restreignant la disponibilité des armes à feu, on diminue le taux de suicide. C’est pourquoi elles ont décidé de soutenir officiellement cette initiative. Le Comité de l’Union syndicale suisse (USS) a également décidé, en novembre 2008, sur propositions de la Commission féminine de l’USS, de soutenir cette initiative et politiquement et au plan des idées et idéaux qu’elle véhicule. 

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top