Pas d’égalité salariale entre femmes et hommes sans contrôles !

  • Égalité des sexes
Communiqués de presse
Écrit par Regula Bühlmann

Analyse de l'égalité salariale de l'OFS: le commentaire de l'USS

La différence de salaire inexpliquée entre femmes et hommes reste élevée. Elle était de 8,7 % en 2012. Ce sont 678 francs par mois que les femmes gagnent en moins pour un travail de valeur égale. Ces tout nouveaux chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS) confirment ainsi ce que l'Union syndicale suisse dit depuis longtemps, à savoir qu'il n'est pas possible d'éliminer les discriminations salariales à l'encontre des femmes avec des mesures facultatives. Il faut des contrôles.

L'USS demande au Conseil fédéral de prévoir des mesures obligatoires lors de la révision annoncée de la loi sur l'égalité (LEg). Les entreprises doivent contrôler à intervalles réguliers leurs salaires et, au nom de la transparence, publier les résultats des contrôles. En outre, une commission tripartite doit pouvoir imposer cette obligation de contrôle et sanctionner les infractions ou les discriminations.

Comme l'a montré la grande manifestation du 7 mars, qui a réuni 12 000 personnes, une part importante de la population n'est plus d'accord avec les discriminations salariales et veut que des mesures efficaces soient prises. En effet, à cause des inégalités de salaires, les femmes auront des rentes moindres une fois à la retraite et, pendant leur vie professionnelle, parce que leurs salaires sont inférieurs à ceux des hommes, elles sont les premières à devoir effectuer les tâches familiales non rémunérés.

Mais les différences de salaires explicables font aussi apparaître une injustice. Les femmes sont surreprésentées dans les emplois à petits salaires, comme le montrent les chiffres publiés aujourd'hui. Près de 20 ans après l'introduction de la LEg, l'égalité des sexes n'existe toujours pas au quotidien dans la vie professionnelle. En plus des discriminations salariales, les femmes ont moins de chances que les hommes sur le marché du travail, elles sont désavantagées en matière de formation continue et leurs professions sont sous-estimées. Des réalités qui accentuent encore plus les différences de salaire.

Pour ces raisons, l'USS demande, en plus de la transparence des salaires, une revalorisation du travail principalement fourni par les femmes. Elle demande aussi la mise en place de structures d'accueil abordables, qui permettent de concilier tâches éducatives et profession. Il est temps que la LEg soit appliquée à la lettre. Prochaine étape : les contrôles des salaires.

Regula Bühlmann (076 200 90 89), secrétaire centrale responsable de l'égalité des sexes à l'USS, se tient à votre disposition pour de plus amples informations.

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top