Égalité salariale : Désormais, il faut que les choses avancent rapidement

  • Égalité des sexes
Articles
Écrit par Christina Werder

Le 14 juin, jour du 21e anniversaire de la légendaire grève des femmes, les femmes des syndicats dénonceront une nouvelle fois à Berne la lenteur avec laquelle l’égalité des salaires s’installe en Suisse. Elles exigeront des parlementaires fédéraux un engagement plus soutenu sur cette question.

« Cette lettre vous invite à vous engager dans votre rayon d’action immédiat – par exemple en tant qu’employeur ou membre d’un conseil d’administration – pour que les entreprises qui vous sont proches adhèrent au Dialogue sur l’égalité des salaires. Nous vous prions aussi de nous informer de vos démarches dans ce sens. À ce jour, vingt entreprises ont fait le pas. »

Ces lignes sont extraites d’une lettre adressée aux membres du Parlement fédéral par la Commission féminine de l’USS le 8 mars dernier, Journée internationale de la femme. Depuis lors, le nombre d’entreprises à jouer le jeu dans le cadre de ce Dialogue est de 24. Un progrès plutôt maigre. Et les parlementaires n’ont pas encore prouvé par des actes concrets qu’ils sont réellement favorables à l’égalité des salaires entre les sexes. Dans ce cadre politique aussi, cette dernière traîne à s’imposer ! Néanmoins, certains signes permettent d’espérer. Ainsi, une commission du Conseil national a récemment accepté une initiative parlementaire de la députée Verte et coprésidente de la Commission féminine de l’USS, Franziska Teuscher, demandant que des contrôles officiels puissent être mise en place si le Dialogue sur l’égalité des salaires devait s’avérer insuffisant. Deuxièmement, le Parlement fédéral a décidé que le Conseil fédéral devait prévoir, dans son programme de législature, des mesures de lutte contre les discriminations salariales, y compris l’examen de la création de nouveaux instruments légaux.

Mardi 14 juin, les femmes de l’USS redemanderont aux parlementaires fédéraux de faire la preuve qu’ils sont favorables à l’égalité des salaires entre femmes et hommes. Elles rappelleront ce qu’elles leur avaient déjà écrit il y a trois mois, à savoir que :

« Depuis 30 ans, le droit, pour les femmes et les hommes, à un salaire égal pour un travail de valeur égale est inscrit dans la Constitution. Mais la situation réelle a peu évolué. Aujourd’hui encore, les femmes gagnent 18,4 % de moins que les hommes pour un travail équivalent. Il est vraiment temps de faire des progrès effectifs pour lever cette injustice! […] Vous ne sauriez rester indifférent au fait que les lois que vous votez restent inappliquées. »

Pour les femmes de l’USS, une chose est claire : si le nombre d’entreprises à rejoindre le Dialogue sur l’égalité des salaires jusqu’en 2014 reste insuffisant, l’arsenal juridique concernant l’égalité salariale devra être complété.

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top