Un soleil qui tarde à briller pour certains pans de l’industrie d’exportation

  • Économie extérieure
Articles
Écrit par José Corpataux

Dans son communiqué de presse du 21 décembre 2009, l’Administration fédérale des douanes (AFD) pouvait écrire qu’en novembre 2009, le commerce extérieur suisse re-montait timidement vers la surface et que le bout du tunnel était en vue… Un tel optimisme est-il justifié ?

Une analyse, en données désaisonnalisées, de trois « grands » secteurs exportateurs – la chimie, l’industrie des machines et de l’électronique, l’industrie horlogère – nous pousse toutefois à tempérer les « bons » résultats de novembre 2009. En effet, si les exportations de l’industrie chimique – après s’être orientées sur une pente descendante en particulier dans la deuxième moitié de l’année 2008 – semblent reparties sur une trajectoire haussière, d’autres secteurs, à l’instar de l’industrie des machines et de l’industrie horlogère, ne connaissent pas le même redémarrage (graphique). Ces dernières voient leurs exportations se stabiliser à un niveau relativement bas – sans montrer une véritable reprise. Le phénomène est inquiétant puisqu’il signifie, pour ces secteurs, qu’on est loin de retrouver les niveaux de production d’avant-crise… et donc les niveaux d’emplois correspondants. En bref, il est fortement à craindre que ces deux secteurs ne continuent à licencier du personnel au cours des prochains mois.

Exportations, valeurs nominales mensuelles, de janvier 2004 à novembre 2009, séries désaisonnalisées

Source : AFD

Que faire ?

Dans ces conditions, il faut définitivement prolonger le chômage partiel de 18 à 24 mois. La mesure n’est pas que sociale puisqu’elle devrait également permettre aux entreprises qui en bénéficient de mieux pouvoir planifier le futur, de conserver les compétences acquises –et même de les parfaire par le biais de la formation continue – et ainsi d’être prêtes et toujours à la pointe dans leur(s) domaine(s) le jour de la reprise.

De plus, il faut absolument éviter que le franc suisse ne s’apprécie vis-à-vis de l’euro, comme ce fut à nouveau le cas très récemment. Un franc qui s’apprécie ne représente qu’une contrainte supplémentaire à l’exportation ! L’USS est ainsi intervenue auprès de la Banque nationale suisse pour que le franc suisse se situe clairement au-dessus de 1,50 franc pour 1 euro.

Enfin, il faut mettre en oeuvre une politique industrielle intelligente – en créant un fonds de financement – pour les entreprises industrielles prêtes à se tourner vers l’écologie ainsi qu’à créer des emplois de qualité et durables.

 

Responsable à l'USS

Reto Wyss

Secrétaire central

031 377 01 11

reto.wyss(at)sgb.ch
Reto Wyss
Top