Des apprentis discutent avec leur maître

Photo : © SolStock / istockphoto.com

 

Un titre de qualité pour les apprenti-e-s grâce à une solution équilibrée

  • Coronavirus
  • Formation & Jeunesse
Articles

Des certificats d'apprentissage malgré la crise du coronavirus

Permettre aux apprenti-e-s d’obtenir leur certificat dans les meilleures conditions possibles : cet objectif est atteint grâce à la solution trouvée entre partenaires sociaux. Prévoyant le passage des examens pratiques dans le respect des normes sanitaires, il garantit la qualité des titres octroyés cette année. Il s’agit maintenant de garantir le bon recrutement des apprenti-e-s pour l’an prochain, notamment en envisageant un soutien accru pour les entreprises formatrices. 

Le 9 avril 2020, les partenaires sociaux se sont mis d’accord sur les modalités permettant aux 75 000 apprenti-e-s de dernière année d’obtenir leur titre jusqu’à l’été. Les mesures de l’OFSP seront respectées pour protéger les apprenti-e-s, mais aussi les expert-e-s et les formateurs et formatrices en entreprise. Si les examens scolaires de culture générale et de connaissances professionnelles n’auront pas lieu, les examens pratiques pourront être réalisés. Chaque branche pourra choisir parmi trois variantes pour le travail pratique. Cela permettra de tenir compte des situations particulières des branches et des cantons. Les apprenti-e-s pourront donc obtenir des diplômes de qualité et reconnus sur le marché du travail pour leur avenir professionnel.

L’USS a participé activement à la construction de ce compromis et salue son adoption, le 9 avril, par le Sommet national de la formation professionnelle sous la conduite du Ministre de l’économie, le conseiller fédéral Guy Parmelin.

L’USS attend des autorités cantonales et des associations professionnelles qu’elles veillent à une mise en œuvre des examens pratiques conforme aux prescriptions sanitaires et que la surveillance des examens soit intensifiée cette année afin d’assurer des conditions d’examens et d’évaluation équitables et justes pour les apprenti-e-s. Pour les branches très sollicitées comme la santé ou le commerce de détail, l’USS demande une attention particulière pour les examens pratiques.

Si un premier pas important concernant les examens de fin d’apprentissage a ainsi été franchi, il reste néanmoins plusieurs questions importantes à traiter. À commencer par le recrutement des apprenti-e-s pour la prochaine année. En effet, actuellement il n’est pas possible aux candidat-e-s d’effectuer des stages de découverte et les procédures de recrutement sont entravées. Il faut absolument inciter les entreprises à poursuivre l’engagement des apprenti-e-s afin d’éviter que trop de jeunes se retrouvent sur le carreau à la rentrée. L’USS demande à la Confédération et aux cantons d’intégrer cet aspect dans toutes les réflexions et mesures concernant l’économie, par exemple une réduction de l’horaire de travail ou un cautionnement plus favorables pour les entreprises qui recrutent des apprenti-e-s.

Il faudra également se préoccuper des apprenti-e-s des autres années qui n’auront pas pu suivre leur formation scolaire et pratique complète durant cette période et qui auront des lacunes à rattraper. Ces lacunes seront d’autant plus grandes pour des apprenti-e-s ayant des difficultés scolaires ainsi que celles et ceux d’origine migratoire qui rencontrent parfois des difficultés linguistiques et d’utilisation des outils numériques. Il est indispensable de développer des mesures adéquates pour permettre à ces jeunes de poursuivre leur formation dans les meilleures conditions.

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top