Travailleur plus âgé travaillant avec une machine dans l'usine

Photo : © RainStar / istockphoto.com

 

Le temps presse et toujours pas de solution pour les salarié-e-s vulnérables !

  • Corona
  • Protection de la santé et sécurité au travail
Communiqués de presse

Coronavirus et obligation de travailler

Pour les salarié-e-s particulièrement à risque face au coronavirus, la situation actuelle est intolérable : elles et ils peuvent être, selon les circonstances, contraints d’aller travailler. Et cela, alors que le Conseil fédéral ordonne par ailleurs un auto-confinement absolu pour ces mêmes personnes vulnérables. Ainsi, selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), elles ne doivent ni aller faire des courses, ni voir leurs petits-enfants, familles et ami-e-s, mais elles devraient soudain de nouveau aller travailler ! Avec cette disposition contradictoire inscrite dans l’ordonnance le 20 mars dernier, le Conseil fédéral sape toute sa stratégie pour endiguer la pandémie de COVID-19.

D’un côté, on donne des amendes à des jeunes de 15 ans qui jouent au foot dans un parc à plus de quatre, dans le but de contenir la propagation du coronavirus et ainsi assurer la protection des personnes vulnérables. De l’autre, le Conseil fédéral édicte une règle qui peut contraindre des salarié-e-s de 60 ans qui ont par exemple un cancer ou une maladie cardio-vasculaire à retourner au travail sans aucun contrôle des conditions sur place. Cette situation dépasse l’entendement.

La conséquence est logique : peurs et incertitudes juridiques sur le lieu de travail, et pas uniquement pour les employé-e-s. Les employeurs et employeuses qui font travailler des personnes vulnérables pourraient dans certains cas se rendre punissables pénalement, notamment pour mise en danger de la vie d’autrui.

Au cours des dernières semaines, l’USS a travaillé sans relâche pour trouver des solutions et proposer des compromis, et les a soumis aux départements compétents. Elle regrette que le Conseil fédéral n’ait toujours pas traité ce problème urgent lors de sa séance d’aujourd’hui, et exprime sa grande préoccupation. La responsabilité est désormais dans le camp du Gouvernement. Les personnes concernées sont en danger, le temps presse !

Responsable à l'USS

Luca Cirigliano

Secrétaire central

031 377 01 17

luca.cirigliano(at)sgb.ch
Luca Cirigliano
Top