Palais fédéral

Photo: absolutely new / Wikimedia Commons |

 

Le Parlement corrige la copie du Conseil fédéral, mais il en faudra plus

  • Coronavirus
Communiqués de presse
Écrit par Regula Bühlmann

Financement des crèches et garderies

Le Parlement a attribué 65 millions aux crèches et garderies menacées financièrement par la situation actuelle, là où le Conseil fédéral ne souhaitait pas agir. Ce soutien est urgent pour que la crise liée à la lutte contre la pandémie ne soit pas suivie d’une crise de l’accueil de jour des enfants. Toutefois, il en faudra plus pour une sortie réussie aux yeux de l’Union syndicale suisse (USS).

65 millions de francs: telle est la somme votée par les deux chambres du Parlement pour soutenir les institutions d’accueil de jour durant la pandémie. L’USS se réjouit de cette correction apportée par le Parlement à l’inaction du Conseil fédéral, qui voulait la laisser entièrement aux cantons. Il faut cependant regretter que la version du Conseil des Etats avec un montant plus faible l’ait emporté et non celle de la commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil national, qui proposait une enveloppe de 100 millions. Malgré tout, la somme décidée aura aussi l'effet, il faut l’espérer, d’inciter les cantons à financer suffisamment les places d’accueil de jour pour assurer leur maintien.

Pour réussir la sortie de crise sans mettre en danger l’accueil de jour des enfants, d’autres mesures restent indispensables. Les places existantes doivent être maintenues, mais il s’agit également d’en créer de nouvelles. Car les parents qui travaillent ne pourront plus recourir aussi facilement que par le passé aux grands-parents pour assumer la garde. La lacune qui en découle correspond selon de premières estimations à environ 50’000 places. Si elle n’est pas comblée, il y a fort à craindre que ce soient les mères qui en paient le prix en réduisant leur taux de travail ou même en abandonnant l’activité professionnelle. L’Union syndicale suisse met tout en œuvre pour prévenir la réalisation de ce scénario en s’engageant au sein d'une coalition de 40 organisations qui demandent à la Confédération et aux cantons de mettre en place une organisation de l’accueil de jour à même de faire face aux défis à venir.

La crise nous montre que l’accueil de jour des enfants joue un rôle fondamental pour le fonctionnement de la société, et non une prestation de luxe dont la fourniture pourrait être laissée au marché. Le Parlement a corrigé la copie du Conseil fédéral et accordé une première contribution au maintien des structures existantes. Il faut maintenant rapidement engager des étapes supplémentaires pour développer l’accueil de jour des enfants.

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top