Des obstacles à la naturalisation à abaisser

  • Migration
Articles
Écrit par Thomas Zimmermann, responsable de la communication de l’USS/fq

Naturalisation facilitée des jeunes de la 3e génération

Si les citoyen(ne)s avaient voté il y a quelques semaines, la naturalisation facilitée des jeunes étrangers de la 3e génération aurait été clairement acceptée. En fait, c'est quelque chose qui va de soi. Finalement, les personnes concernées, des petits-enfants d'immigré(e)s, sont nées ici et sont donc depuis longtemps des Vaudois, des Jurassiennes ou des Valaisans... Mais la scandaleuse campagne d'affiches avec une femme en burqa menace aujourd'hui ce qui va de soi.

Le tout dernier sondage de la SSR montre à nouveau un taux de " oui " élevé (66 %). Cependant, par rapport au premier sondage, les " pour " et les " plutôt pour " ont reculé de 8 %. Cela devrait encore suffire pour une majorité du peuple, mais avec cette tendance, le la majorité des cantons n'est plus assurée.

L'analyse détaillée des résultats du sondage nous apprend des choses très intéressantes. Par exemple, la part des " non " des sympathisant(e)s du PLR a triplé par rapport au premier sondage. Il incombe donc aux libéraux-radicaux d'inverser cette tendance et de contrer la campagne menée par quelques UDC avec les affiches précitées, comme ils y étaient parvenus lors de la campagne contre l'initiative dite " de mise en œuvre ".

Au PLR de neutraliser l'argument selon lequel la Confédération n'a pas le droit de s'immiscer dans les compétences cantonales. Le fait est qu'avec la naturalisation facilitée des petits-enfants d'immigré(e)s aussi, les cantons seront entendus et pourront faire appel. En outre, la Confédération dispose déjà de compétences en matière de naturalisations, à savoir avec la procédure facilitée destinée aux conjoints étrangers de Suisses et Suissesses. On voit alors à quel point la situation actuelle est absurde. Alors que les conjoints étrangers des Suisses et de Suissesses profitent aujourd'hui déjà de délais raccourcis, de démarches administratives réduites et de frais moindres, les jeunes étrangers de la 3e génération nés dans notre pays doivent passer par une procédure exigeante, longue et onéreuse.

Il est temps que nous abaissions les obstacles mis à l'obtention du passeport suisse. C'est pourquoi il faudra clairement voter OUI le 12 février à la naturalisation facilitée des jeunes étrangers de la 3e génération.

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top