La Commission de jeunesse de l’USS veut que les apprenti(e)s soient mieux protégés contre la crise

  • Formation & Jeunesse
  • Droit du travail
Communiqués de presse

Début des apprentissages

À l'occasion du début des apprentissages, la Commission de jeunesse de l'USS appelle les cantons à mieux protéger les apprenti(e)s contre la crise. Une intervention à ce sujet déposée dans de nombreux parlements cantonaux sous l'intitulé " Maintenir les places d'apprentissage - lutter contre le chômage des jeunes " demande aux gouvernements cantonaux d'examiner toutes les possibilités existantes de renforcer le marché des places d'apprentissage. En effet, les apprenti(e)s doivent être protégés contre les risques accrus liés à la crise du franc et notamment contre le chômage.

La situation sur le marché du travail s'est fortement dégradée ces derniers mois. Suite à la décision de la Banque nationale de ne plus garantir le taux plancher du franc par rapport à l'euro, les annonces de restructurations et de suppressions d'emplois n'arrêtent plus. En temps de crise, les jeunes paient le prix fort, car ils sont l'un des maillons les plus faibles de la chaîne. C'est déjà visible aujourd'hui. De fait, le chômage des jeunes n'a cessé d'augmenter ces derniers mois par rapport à l'année dernière. En juillet, il était de 3,2 %, soit supérieur au taux national.

Pour ces raisons, la Commission de jeunesse de l'USS demande aux cantons qu'ils renforcent la surveillance des apprentissages. Les apprenti(e)s doivent être mieux encadrés sur leur lieu de travail. En outre, il faut développer la promotion des places d'apprentissage et mettre en place un service d'outplacement chargé de donner une nouvelle place de formation aux jeunes qui perdent la leur en raison de restructurations ou de réductions d'effectifs. Ces mesures devront soutenir de manière significative les jeunes en leur permettant une entrée optimale dans la vie professionnelle. C'est aujourd'hui qu'il faut en effet investir dans la formation des jeunes afin que leur avenir ne soit pas bouché dès le départ.

Ces revendications ont été reprises dans un modèle d'intervention parlementaire qui sera adaptée en fonction de la situation locale et déposée dans les parlements de la majorité des cantons lors de leurs prochaines sessions.

Renseignements
  • Lena Frank (079 586 70 55), présidente de la Commission de jeunesse de l'USS, secrétaire à la jeunesse d'Unia
  • Lucie Waser (079 916 76 46), secrétaire jeunesse du SEV

Responsable à l'USS

Laura Perret Ducommun

Première secrétaire adjointe

031 377 01 23

laura.perret(at)sgb.ch
Laura Perret
Top