Réunion d'une équipe en temps de coronavirus

Photo: © pixelfit / istockphoto.com

 

Le chômage partiel au secours de la formation professionnelle

  • Coronavirus
  • Formation & Jeunesse
Articles
Écrit par Regula Bühlmann

Formation des apprenti-e-s : un soutien bienvenu aux entreprises

Le Conseil fédéral a décidé le 20 janvier d’étendre le chômage partiel aux apprenti-e-s. Le gouvernement veut ainsi soutenir financièrement les entreprises formatrices touchées par les mesures contre la pandémie de coronavirus pour éviter qu’elles ne doivent licencier des apprenti-e-s. Avec cette mesure, elles pourront au contraire continuer de les former. C’est d’ailleurs la condition pour obtenir ces indemnités de réduction d’horaire de travail (RHT), et c’est logique.

L’USS salue ce soutien financier aux entreprises : il prévoit une garantie pour les apprenti-e-s de poursuivre leur formation, mais pas qu’elles ou ils soient simplement libérés de l’obligation de travailler. Une formation professionnelle n’a pas pour but principal de permettre aux apprenti-e-s de gagner leur vie pendant leur formation, mais d’apprendre leur métier et de se préparer au mieux à leur vie professionnelle.

En revanche, si une entreprise doit mettre la clé sous la porte à cause de la pandémie, la formation des apprenti-e-s est compromise malgré les RHT. La Confédération est donc appelée, avec les cantons et les organisations du monde du travail (OrTra), à trouver d’autres solutions pour que les jeunes puissent, dans une telle situation, poursuivre leur formation dans une autre entreprise ou sous une autre forme. L’USS fait partie de la Task Force « Perspectives Apprentissage », mise en place par le Conseil fédéral et qui finance et fait la promotion de tels projets.

Responsable à l'USS

Regula Bühlmann

Secrétaire centrale

031 377 01 12

regula.buehlmann(at)sgb.ch
Regula Bühlmann
Top