Coronavirus

Toutes les informations utiles et nos positions concernant la pandémie sur notre page spéciale.
Page spéciale   FAQ pour les employé-e-s

 

Selon la commission de l’économie et des redevances (CER), il y a bien un problème des bas salaire en Suisse

Communiqués de presse

Initiative sur les salaires minimums : la décision de la CER

Il faut qu’en Suisse, les travailleurs et les travailleuses puissent vivre de leur salaire. La commission de l’économie et des redevances du Conseil des États (CER-E) a reconnu que ce principe ne s’appliquait malheureusement pas à tout le monde dans notre pays. C’est pourquoi, à la faveur de ses délibérations au sujet de l’initiative sur les salaires minimums, elle a chargé l’Administration fédérale de trouver d’autres moyens de lutte contre les très bas salaires de moins de 4 000 francs. L’Union syndicale suisse (USS) apprend ainsi avec satisfaction que la CER, contrairement au Conseil fédéral, reconnaît l’existence d’un problème des bas salaires. Et elle a vu toute l’urgence que ce dernier revêt pour nombre de personnes. Désormais, l’USS attend de l’Administration qu’elle rédige un rapport qui aille bien au-delà de l’analyse pour l’heure insuffisante contenue dans le message du Conseil fédéral sur l’initiative.

400 000 personnes environ travaillent aujourd’hui en Suisse pour des salaires très bas de moins de 4 000 francs et un tiers d’entre elles ont fait un apprentissage, par exemple de vendeuse, de boulanger ou de fleuriste. Or, impossible de vivre dans la riche Suisse avec de tels salaires. C’est précisément à cela qu’entend s’attaquer l’initiative sur les salaires minimums. Elle demande l’introduction d’un salaire minimum légal de 22 francs de l’heure, soit un salaire mensuel de 4 000 francs. 

renseignements :

Daniel Lampart,  économiste en chef, 079 205 69 11

Thomas Zimmermann, responsable de la communication de l'USS, 079 249 59 74

Plus de nouvelles

 

Selon la commission de l’économie et des redevances (CER), il y a bien un problème des bas salaire en Suisse

Communiqués de presse

Initiative sur les salaires minimums : la décision de la CER

Il faut qu’en Suisse, les travailleurs et les travailleuses puissent vivre de leur salaire. La commission de l’économie et des redevances du Conseil des États (CER-E) a reconnu que ce principe ne s’appliquait malheureusement pas à tout le monde dans notre pays. C’est pourquoi, à la faveur de ses délibérations au sujet de l’initiative sur les salaires minimums, elle a chargé l’Administration fédérale de trouver d’autres moyens de lutte contre les très bas salaires de moins de 4 000 francs. L’Union syndicale suisse (USS) apprend ainsi avec satisfaction que la CER, contrairement au Conseil fédéral, reconnaît l’existence d’un problème des bas salaires. Et elle a vu toute l’urgence que ce dernier revêt pour nombre de personnes. Désormais, l’USS attend de l’Administration qu’elle rédige un rapport qui aille bien au-delà de l’analyse pour l’heure insuffisante contenue dans le message du Conseil fédéral sur l’initiative.

400 000 personnes environ travaillent aujourd’hui en Suisse pour des salaires très bas de moins de 4 000 francs et un tiers d’entre elles ont fait un apprentissage, par exemple de vendeuse, de boulanger ou de fleuriste. Or, impossible de vivre dans la riche Suisse avec de tels salaires. C’est précisément à cela qu’entend s’attaquer l’initiative sur les salaires minimums. Elle demande l’introduction d’un salaire minimum légal de 22 francs de l’heure, soit un salaire mensuel de 4 000 francs. 

renseignements :

Daniel Lampart,  économiste en chef, 079 205 69 11

Thomas Zimmermann, responsable de la communication de l'USS, 079 249 59 74

Appel


Plus de nouvelles

 

Selon la commission de l’économie et des redevances (CER), il y a bien un problème des bas salaire en Suisse

Communiqués de presse

Initiative sur les salaires minimums : la décision de la CER

Il faut qu’en Suisse, les travailleurs et les travailleuses puissent vivre de leur salaire. La commission de l’économie et des redevances du Conseil des États (CER-E) a reconnu que ce principe ne s’appliquait malheureusement pas à tout le monde dans notre pays. C’est pourquoi, à la faveur de ses délibérations au sujet de l’initiative sur les salaires minimums, elle a chargé l’Administration fédérale de trouver d’autres moyens de lutte contre les très bas salaires de moins de 4 000 francs. L’Union syndicale suisse (USS) apprend ainsi avec satisfaction que la CER, contrairement au Conseil fédéral, reconnaît l’existence d’un problème des bas salaires. Et elle a vu toute l’urgence que ce dernier revêt pour nombre de personnes. Désormais, l’USS attend de l’Administration qu’elle rédige un rapport qui aille bien au-delà de l’analyse pour l’heure insuffisante contenue dans le message du Conseil fédéral sur l’initiative.

400 000 personnes environ travaillent aujourd’hui en Suisse pour des salaires très bas de moins de 4 000 francs et un tiers d’entre elles ont fait un apprentissage, par exemple de vendeuse, de boulanger ou de fleuriste. Or, impossible de vivre dans la riche Suisse avec de tels salaires. C’est précisément à cela qu’entend s’attaquer l’initiative sur les salaires minimums. Elle demande l’introduction d’un salaire minimum légal de 22 francs de l’heure, soit un salaire mensuel de 4 000 francs. 

renseignements :

Daniel Lampart,  économiste en chef, 079 205 69 11

Thomas Zimmermann, responsable de la communication de l'USS, 079 249 59 74

Le blog de Daniel Lampart

Économiste en chef de l'USS, Daniel Lampart donne ici un avis critique et personnel sur des sujets liés à l'économie (en allemand).

Lire le blog

«Blick nach Europa»

Le blog d'Andreas Rieger sur l'Europe (en allemand)

Lire le blog

Calculateur de salaire

Un guide pratique et fiable pour les employé-e-s et les personnes en recherche d’emploi en Suisse

Plus d'infos

Top