Actuel

 

Contre la crise : garantir les emplois, les salaires et les rentes !

Articles
Écrit par Ewald Ackermann

La crise s’étend toujours plus. Il faut absolument redresser la barre ! Or, la droite poli-tique, majoritaire dans ce pays, se défile, adoptant une attitude de laisser-faire irresponsable. Les syndicats de l’Union syndicale suisse (USS) mobilisent la population et leurs membres. Ils manifesteront en masse le 19 septembre à Berne. Il faut faire comprendre aux autorités qu’elles doivent une fois pour toutes prendre le taureau par les cornes !

Si le Conseil fédéral et le Parlement continuent à bricoler, alors la crise va se transformer en catastrophe. Et la Suisse se retrouvera des décennies en arrière, à une époque que la plupart d’entre nous ne connaissent que par les livres d’histoire, c’est-à-dire dans les années 30, en pleine misère sociale. Tous les spécialistes sont unanimes à dire que le chômage va maintenant augmenter massivement. Mais que font donc les décideurs politiques ? À l’enseigne d’une soi-disant relance de la conjoncture, quelques misérables mesures inoffensives ont été planifiées. Sinon, les pouvoirs publics, tous niveaux confondus, ont principalement décidé de mener une politique d’austérité. Qui plus est, les gens vont voir leur pouvoir d’achat fondre encore plus vite l’an prochain, avec l’explosion des primes des caisses-maladie. Et alors que, dans certains milieux politiques dominants, la tendance est à s’accommoder d’une telle progression du chômage, le feu passe au rouge pour les assurances sociales, du 2e pilier à l’assurance-chômage, notamment. On veut donc faire peser tout le poids de la crise sur le dos des travailleurs et travailleuses, des gens ordinaires, de celles et ceux qui n’y sont pour rien. Alors que Messieurs Ospels et consorts n’y perdent qu’un peu de leur réputation, des gens ordinaires perdent leur emploi et une bonne partie de leur sécurité sociale. Or, la Confédération aurait assez d’argent pour agir, car ces dernières années, elle a économisé 8 milliards de francs en plus de ce que lui demandait le frein à l’endettement !

Ras-le-bol !

Cela fait depuis une année bientôt que l’USS et ses syndicats, bien qu’avec un succès limité, critiquent énergiquement cette politique du laisser-faire. C’est pourquoi, désormais, ils appellent leurs membres à venir manifester en masse le samedi 19 septembre à Berne. Il s’agit de faire clairement comprendre aux autorités de ce pays, des cantons et des communes qu’ils en ont franchement ras-le-bol. On ne peut pas uniquement aider l’UBS et abandonner sans autre la population à son triste sort !

Nos revendications

Les revendications des syndicats sont de trois sortes : Que chacun ait un emploi garanti !, Que les salaires et le pouvoir d’achat soient garantis !Que les rentes soient garanties !

Pour garantir les emplois, les syndicats demandent que l’on mette enfin en œuvre un programme conjoncturel digne de ce nom, prévoyant des investissements dans les infrastructures, les transports publics et l’accueil extrafamilial des enfants, qu’une reconversion écologique et que les cantons et les communes renoncent à leurs absurdes politiques d’austérité. De plus, des mesures efficaces doivent être prises contre le chômage des jeunes, de même qu’il faut stopper les licenciements et prolonger à 24 mois la durée maximale du chômage partiel.

Pour garantir les salaires et le pouvoir d’achat, il faut des hausses de salaire de 80 à 120 francs l’an prochain. Pendant la crise, les indemnités journalières de chômage doivent être augmentées et la durée d’indemnisation doit être prolongée. L’explosion des primes des caisses-maladie doit être intégralement compensée pour les bas et moyens revenus et le produit de la taxe sur le CO2 remboursé sans délai.

Et il faut également garantir la sécurité sociale durant la crise. Concrètement : pas de démantèlement des rentes AVS, pas de relèvement de l’âge AVS et pas de coupes dans les rentes du 2e pilier !

Une vaste alliance contre la crise

L’USS et ses syndicats ne sont pas les seuls à appeler à cette manifestation. Celle-ci est aussi soutenue par Travail.Suisse et ses fédérations affiliées, le SEC Suisse, les deux organisations d’enseignant(e)s de Suisse romande et alémanique (SER et LCH, le Parti socialiste suisse, les Verts, attac Suisse et de nombreuses autres organisations comme la Fédération des Associations des retraités et de l’entraide en Suisse (FARES), l’Oeuvre  suisse d’entraide ouvrière (OSEO), Solidarité sans frontière et les Colonies libres, ainsi que la Marche mondiale des femmes.

Les manifestant(e)s se retrouveront dès 13h30 sur trois lieux de rassemblement. Au premier, la Schützenmatte, le Syndicat du personnel des transports (SEV) tiendra une « prémanif » dès 12h30 sous le slogan : « Caisses de pensions : halte à l’arnaque ! ». Et à partir de 13h30, les trois cortèges se rendront, de la Schützenmatte, de la Laupenstrsse et de la Fosse aux ours, au Palais fédéral.

Plus d’infos sur cette manifs : www.uss.ch.

Plus de nouvelles

 

Contre la crise : garantir les emplois, les salaires et les rentes !

Articles
Écrit par Ewald Ackermann

La crise s’étend toujours plus. Il faut absolument redresser la barre ! Or, la droite poli-tique, majoritaire dans ce pays, se défile, adoptant une attitude de laisser-faire irresponsable. Les syndicats de l’Union syndicale suisse (USS) mobilisent la population et leurs membres. Ils manifesteront en masse le 19 septembre à Berne. Il faut faire comprendre aux autorités qu’elles doivent une fois pour toutes prendre le taureau par les cornes !

Si le Conseil fédéral et le Parlement continuent à bricoler, alors la crise va se transformer en catastrophe. Et la Suisse se retrouvera des décennies en arrière, à une époque que la plupart d’entre nous ne connaissent que par les livres d’histoire, c’est-à-dire dans les années 30, en pleine misère sociale. Tous les spécialistes sont unanimes à dire que le chômage va maintenant augmenter massivement. Mais que font donc les décideurs politiques ? À l’enseigne d’une soi-disant relance de la conjoncture, quelques misérables mesures inoffensives ont été planifiées. Sinon, les pouvoirs publics, tous niveaux confondus, ont principalement décidé de mener une politique d’austérité. Qui plus est, les gens vont voir leur pouvoir d’achat fondre encore plus vite l’an prochain, avec l’explosion des primes des caisses-maladie. Et alors que, dans certains milieux politiques dominants, la tendance est à s’accommoder d’une telle progression du chômage, le feu passe au rouge pour les assurances sociales, du 2e pilier à l’assurance-chômage, notamment. On veut donc faire peser tout le poids de la crise sur le dos des travailleurs et travailleuses, des gens ordinaires, de celles et ceux qui n’y sont pour rien. Alors que Messieurs Ospels et consorts n’y perdent qu’un peu de leur réputation, des gens ordinaires perdent leur emploi et une bonne partie de leur sécurité sociale. Or, la Confédération aurait assez d’argent pour agir, car ces dernières années, elle a économisé 8 milliards de francs en plus de ce que lui demandait le frein à l’endettement !

Ras-le-bol !

Cela fait depuis une année bientôt que l’USS et ses syndicats, bien qu’avec un succès limité, critiquent énergiquement cette politique du laisser-faire. C’est pourquoi, désormais, ils appellent leurs membres à venir manifester en masse le samedi 19 septembre à Berne. Il s’agit de faire clairement comprendre aux autorités de ce pays, des cantons et des communes qu’ils en ont franchement ras-le-bol. On ne peut pas uniquement aider l’UBS et abandonner sans autre la population à son triste sort !

Nos revendications

Les revendications des syndicats sont de trois sortes : Que chacun ait un emploi garanti !, Que les salaires et le pouvoir d’achat soient garantis !Que les rentes soient garanties !

Pour garantir les emplois, les syndicats demandent que l’on mette enfin en œuvre un programme conjoncturel digne de ce nom, prévoyant des investissements dans les infrastructures, les transports publics et l’accueil extrafamilial des enfants, qu’une reconversion écologique et que les cantons et les communes renoncent à leurs absurdes politiques d’austérité. De plus, des mesures efficaces doivent être prises contre le chômage des jeunes, de même qu’il faut stopper les licenciements et prolonger à 24 mois la durée maximale du chômage partiel.

Pour garantir les salaires et le pouvoir d’achat, il faut des hausses de salaire de 80 à 120 francs l’an prochain. Pendant la crise, les indemnités journalières de chômage doivent être augmentées et la durée d’indemnisation doit être prolongée. L’explosion des primes des caisses-maladie doit être intégralement compensée pour les bas et moyens revenus et le produit de la taxe sur le CO2 remboursé sans délai.

Et il faut également garantir la sécurité sociale durant la crise. Concrètement : pas de démantèlement des rentes AVS, pas de relèvement de l’âge AVS et pas de coupes dans les rentes du 2e pilier !

Une vaste alliance contre la crise

L’USS et ses syndicats ne sont pas les seuls à appeler à cette manifestation. Celle-ci est aussi soutenue par Travail.Suisse et ses fédérations affiliées, le SEC Suisse, les deux organisations d’enseignant(e)s de Suisse romande et alémanique (SER et LCH, le Parti socialiste suisse, les Verts, attac Suisse et de nombreuses autres organisations comme la Fédération des Associations des retraités et de l’entraide en Suisse (FARES), l’Oeuvre  suisse d’entraide ouvrière (OSEO), Solidarité sans frontière et les Colonies libres, ainsi que la Marche mondiale des femmes.

Les manifestant(e)s se retrouveront dès 13h30 sur trois lieux de rassemblement. Au premier, la Schützenmatte, le Syndicat du personnel des transports (SEV) tiendra une « prémanif » dès 12h30 sous le slogan : « Caisses de pensions : halte à l’arnaque ! ». Et à partir de 13h30, les trois cortèges se rendront, de la Schützenmatte, de la Laupenstrsse et de la Fosse aux ours, au Palais fédéral.

Plus d’infos sur cette manifs : www.uss.ch.


Plus de nouvelles

 

Contre la crise : garantir les emplois, les salaires et les rentes !

Articles
Écrit par Ewald Ackermann

La crise s’étend toujours plus. Il faut absolument redresser la barre ! Or, la droite poli-tique, majoritaire dans ce pays, se défile, adoptant une attitude de laisser-faire irresponsable. Les syndicats de l’Union syndicale suisse (USS) mobilisent la population et leurs membres. Ils manifesteront en masse le 19 septembre à Berne. Il faut faire comprendre aux autorités qu’elles doivent une fois pour toutes prendre le taureau par les cornes !

Si le Conseil fédéral et le Parlement continuent à bricoler, alors la crise va se transformer en catastrophe. Et la Suisse se retrouvera des décennies en arrière, à une époque que la plupart d’entre nous ne connaissent que par les livres d’histoire, c’est-à-dire dans les années 30, en pleine misère sociale. Tous les spécialistes sont unanimes à dire que le chômage va maintenant augmenter massivement. Mais que font donc les décideurs politiques ? À l’enseigne d’une soi-disant relance de la conjoncture, quelques misérables mesures inoffensives ont été planifiées. Sinon, les pouvoirs publics, tous niveaux confondus, ont principalement décidé de mener une politique d’austérité. Qui plus est, les gens vont voir leur pouvoir d’achat fondre encore plus vite l’an prochain, avec l’explosion des primes des caisses-maladie. Et alors que, dans certains milieux politiques dominants, la tendance est à s’accommoder d’une telle progression du chômage, le feu passe au rouge pour les assurances sociales, du 2e pilier à l’assurance-chômage, notamment. On veut donc faire peser tout le poids de la crise sur le dos des travailleurs et travailleuses, des gens ordinaires, de celles et ceux qui n’y sont pour rien. Alors que Messieurs Ospels et consorts n’y perdent qu’un peu de leur réputation, des gens ordinaires perdent leur emploi et une bonne partie de leur sécurité sociale. Or, la Confédération aurait assez d’argent pour agir, car ces dernières années, elle a économisé 8 milliards de francs en plus de ce que lui demandait le frein à l’endettement !

Ras-le-bol !

Cela fait depuis une année bientôt que l’USS et ses syndicats, bien qu’avec un succès limité, critiquent énergiquement cette politique du laisser-faire. C’est pourquoi, désormais, ils appellent leurs membres à venir manifester en masse le samedi 19 septembre à Berne. Il s’agit de faire clairement comprendre aux autorités de ce pays, des cantons et des communes qu’ils en ont franchement ras-le-bol. On ne peut pas uniquement aider l’UBS et abandonner sans autre la population à son triste sort !

Nos revendications

Les revendications des syndicats sont de trois sortes : Que chacun ait un emploi garanti !, Que les salaires et le pouvoir d’achat soient garantis !Que les rentes soient garanties !

Pour garantir les emplois, les syndicats demandent que l’on mette enfin en œuvre un programme conjoncturel digne de ce nom, prévoyant des investissements dans les infrastructures, les transports publics et l’accueil extrafamilial des enfants, qu’une reconversion écologique et que les cantons et les communes renoncent à leurs absurdes politiques d’austérité. De plus, des mesures efficaces doivent être prises contre le chômage des jeunes, de même qu’il faut stopper les licenciements et prolonger à 24 mois la durée maximale du chômage partiel.

Pour garantir les salaires et le pouvoir d’achat, il faut des hausses de salaire de 80 à 120 francs l’an prochain. Pendant la crise, les indemnités journalières de chômage doivent être augmentées et la durée d’indemnisation doit être prolongée. L’explosion des primes des caisses-maladie doit être intégralement compensée pour les bas et moyens revenus et le produit de la taxe sur le CO2 remboursé sans délai.

Et il faut également garantir la sécurité sociale durant la crise. Concrètement : pas de démantèlement des rentes AVS, pas de relèvement de l’âge AVS et pas de coupes dans les rentes du 2e pilier !

Une vaste alliance contre la crise

L’USS et ses syndicats ne sont pas les seuls à appeler à cette manifestation. Celle-ci est aussi soutenue par Travail.Suisse et ses fédérations affiliées, le SEC Suisse, les deux organisations d’enseignant(e)s de Suisse romande et alémanique (SER et LCH, le Parti socialiste suisse, les Verts, attac Suisse et de nombreuses autres organisations comme la Fédération des Associations des retraités et de l’entraide en Suisse (FARES), l’Oeuvre  suisse d’entraide ouvrière (OSEO), Solidarité sans frontière et les Colonies libres, ainsi que la Marche mondiale des femmes.

Les manifestant(e)s se retrouveront dès 13h30 sur trois lieux de rassemblement. Au premier, la Schützenmatte, le Syndicat du personnel des transports (SEV) tiendra une « prémanif » dès 12h30 sous le slogan : « Caisses de pensions : halte à l’arnaque ! ». Et à partir de 13h30, les trois cortèges se rendront, de la Schützenmatte, de la Laupenstrsse et de la Fosse aux ours, au Palais fédéral.

Plus d’infos sur cette manifs : www.uss.ch.

Le blog de Daniel Lampart

Économiste en chef de l'USS, Daniel Lampart donne ici un avis critique et personnel sur des sujets liés à l'économie (en allemand).

Lire le blog

«Blick nach Europa»

Le blog d'Andreas Rieger sur l'Europe (en allemand)

Lire le blog

Calculateur de salaire

Un guide pratique et fiable pour les employé-e-s et les personnes en recherche d’emploi en Suisse

Plus d'infos

Top