Coronavirus

Toutes les informations utiles et nos positions concernant la pandémie sur notre page spéciale.
Page spéciale   FAQ pour les employé-e-s

 

L’État, un risque pour la conjoncture : Le Conseil fédéral doit remplir le mandat que le peuple lui a conféré

Communiqués de presse
Écrit par Daniel Lampart, économiste en chef de l’USS

Le Conseil fédéral continue à se dérober : il refuse toujours d’engager un programme conjoncturel pour 2010. Il veut en effet d’abord attendre les prévisions de juin avant de prendre une décision. Une chose est donc claire : par son comportement, l’État est des plus dangereux pour la conjoncture suisse. Au lieu de soutenir cette dernière, lui et quelques assurances sociales (caisses-maladie, allo­cations pour perte de gain) vont aggraver la récession l’an prochain, par exemple :

  • à travers la hausse des primes des caisses-maladie qui va priver les ménages suisses d’un pouvoir d’achat d’environ 2 milliards de francs ;
  • en raison de l’austérité que les cantons et les communes appliqueront en 2010 et
  • par le relèvement de la taxe sur le CO2 et des cotisations versées aux allocations pour perte de gain, qui diminueront encore plus le pouvoir d’achat des ménages suisses.

Le peuple suisse a, à travers la Constitution fédérale, donné au Conseil fédéral pour mandat de lut­ter activement contre le chômage. En traînant les pieds comme il le fait, le gouvernement ne remplit pas ce mandat.

Pour que la crise ne s’accentue pas l’an prochain, il faut compenser les hausses des primes des cais­ses maladie (environ 2 milliards) par des réductions des primes au moins aussi importantes. Les 200 à 300 millions de francs proposés par le Département fédéral de l’intérieur sont dérisoires. Pour contrer la politique d’austérité des cantons et des communes - dont les effets aggravent la crise -, il faut un programme d’investissement. Et pour lutter contre le chômage, des mesures de formation continue et au niveau de l’assurance-chômage s’imposent.

 

Plus de nouvelles

 

L’État, un risque pour la conjoncture : Le Conseil fédéral doit remplir le mandat que le peuple lui a conféré

Communiqués de presse
Écrit par Daniel Lampart, économiste en chef de l’USS

Le Conseil fédéral continue à se dérober : il refuse toujours d’engager un programme conjoncturel pour 2010. Il veut en effet d’abord attendre les prévisions de juin avant de prendre une décision. Une chose est donc claire : par son comportement, l’État est des plus dangereux pour la conjoncture suisse. Au lieu de soutenir cette dernière, lui et quelques assurances sociales (caisses-maladie, allo­cations pour perte de gain) vont aggraver la récession l’an prochain, par exemple :

  • à travers la hausse des primes des caisses-maladie qui va priver les ménages suisses d’un pouvoir d’achat d’environ 2 milliards de francs ;
  • en raison de l’austérité que les cantons et les communes appliqueront en 2010 et
  • par le relèvement de la taxe sur le CO2 et des cotisations versées aux allocations pour perte de gain, qui diminueront encore plus le pouvoir d’achat des ménages suisses.

Le peuple suisse a, à travers la Constitution fédérale, donné au Conseil fédéral pour mandat de lut­ter activement contre le chômage. En traînant les pieds comme il le fait, le gouvernement ne remplit pas ce mandat.

Pour que la crise ne s’accentue pas l’an prochain, il faut compenser les hausses des primes des cais­ses maladie (environ 2 milliards) par des réductions des primes au moins aussi importantes. Les 200 à 300 millions de francs proposés par le Département fédéral de l’intérieur sont dérisoires. Pour contrer la politique d’austérité des cantons et des communes - dont les effets aggravent la crise -, il faut un programme d’investissement. Et pour lutter contre le chômage, des mesures de formation continue et au niveau de l’assurance-chômage s’imposent.

 

Appel


Plus de nouvelles

 

L’État, un risque pour la conjoncture : Le Conseil fédéral doit remplir le mandat que le peuple lui a conféré

Communiqués de presse
Écrit par Daniel Lampart, économiste en chef de l’USS

Le Conseil fédéral continue à se dérober : il refuse toujours d’engager un programme conjoncturel pour 2010. Il veut en effet d’abord attendre les prévisions de juin avant de prendre une décision. Une chose est donc claire : par son comportement, l’État est des plus dangereux pour la conjoncture suisse. Au lieu de soutenir cette dernière, lui et quelques assurances sociales (caisses-maladie, allo­cations pour perte de gain) vont aggraver la récession l’an prochain, par exemple :

  • à travers la hausse des primes des caisses-maladie qui va priver les ménages suisses d’un pouvoir d’achat d’environ 2 milliards de francs ;
  • en raison de l’austérité que les cantons et les communes appliqueront en 2010 et
  • par le relèvement de la taxe sur le CO2 et des cotisations versées aux allocations pour perte de gain, qui diminueront encore plus le pouvoir d’achat des ménages suisses.

Le peuple suisse a, à travers la Constitution fédérale, donné au Conseil fédéral pour mandat de lut­ter activement contre le chômage. En traînant les pieds comme il le fait, le gouvernement ne remplit pas ce mandat.

Pour que la crise ne s’accentue pas l’an prochain, il faut compenser les hausses des primes des cais­ses maladie (environ 2 milliards) par des réductions des primes au moins aussi importantes. Les 200 à 300 millions de francs proposés par le Département fédéral de l’intérieur sont dérisoires. Pour contrer la politique d’austérité des cantons et des communes - dont les effets aggravent la crise -, il faut un programme d’investissement. Et pour lutter contre le chômage, des mesures de formation continue et au niveau de l’assurance-chômage s’imposent.

 

Le blog de Daniel Lampart

Économiste en chef de l'USS, Daniel Lampart donne ici un avis critique et personnel sur des sujets liés à l'économie (en allemand).

Lire le blog

«Blick nach Europa»

Le blog d'Andreas Rieger sur l'Europe (en allemand)

Lire le blog

Calculateur de salaire

Un guide pratique et fiable pour les employé-e-s et les personnes en recherche d’emploi en Suisse

Plus d'infos

Top